Bannière Festival de Venise Mostra del cinema de Venezia 2021

LA FERME EN FOLIE

Un film de Steve Oedebeck

Les plus vaches sont sûrement les coyotes

Ben désespère de voir son fils Otis (la vache) faire les 400 coups avec ses potes Peps (la souris), Freddy (le furet), Bec (le coq) et Porc (le cochon). Alors que tous font la fête, la ferme est attaquée par les coyotes, et Ben est tué. Son fils va devoir prendre la relève...

"La ferme en folie" s'adresse autant aux plus petits qui se régaleront des rondeurs et couleurs accrocheuses du dessin et des personnages sympathiques, qu'aux adolescents qui pourront eux s'attacher au caractère irrévérencieux de certains, dont le héros lui-même, en pleine rébellion contre l'autorité. Mais avec quelques dialogues sympathiques (le coup de la souris qui parle avec l'accent mexicain et cite les parties comestibles des cochons et vaches sur les ventres desquels elle s'exerce au trampoline), et des personnages parfois haut en couleur (le furet toujours à imaginer les autres cuisinés à la broche ou autrement, tout en voulant rester végétalien comme le fermier), on reste cependant nous aussi sur notre faim.

Les pitreries à répétition fonctionnent plutôt bien (on aime voir assommer le fermier à coups de sabots), mais les concessions jeunistes, devenues récurrentes, énervent. Qu'il s'agisse des séquences de surf du début (assez dynamiques cependant), ou des chorégraphies idiotes des animaux en fête, on s'en lasse vite. Ceci malgré quelques trouvailles: le rat qui fait du rap avec sa chaîne en or autour d'un bien dodu ventre ou la "chose", sorte de boule de poils frénétique dans les danses qu'elle entâme. La bande annonce laissait augurer d'une franche rigolade. On en ressort un peu déçu, et certainement pas les quatre fers en l'air.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire