Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

LES FAUTES D'ORTHOGRAPHE

La révolution collégiale

Daniel Massu (Damien Jouillerot) fils du directeur du pensionnat rejoint ses camarades de dortoir pour la première fois. Sa vie se déroule entre le tiraillement de ses compagnons et les problèmes qu'il se crée avec ses parents…

Jean Jacques Zilbermann (L'hommes est une femme comme les autres) nous dresse un auto portrait de sa vie d'écolier. Comment s'affirmer dans le collège familial et ne pas être la risée de copains. L'atteinte de la puberté du jeune Daniel et ses soucis face aux autres tout en restant proche du cocon familial, lui mèneront la vie dure.

Le réalisateur réussit assez bien ce film, qui peut paraître banal pour certains, mais qui en dit long sur les difficultés des adolescents et sur la vie en pension durant les années 60. Ce tableau rythmé par du George Brassens ou du Bobby la pointe ou encore du Claude François nous plonge dans une ambiance à la fois bon enfant et lourde.

Daniel se cherche, il est souvent solitaire mais il est cependant plus mur psychologiquement que ses camarades. La vie au pensionnat pourra éveiller les souvenirs des anciens avec les punitions corporelles, la nourriture médiocre ainsi que les douches collectives. Le combat que mène l'enfant contre ses collègues et ses parents lui permet de sortir du lot en s'affirmant. Une belle histoire de vie au pensionnat sous des airs de nostalgie.

David BrejonEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire