Banniere_CANNES-2019

ESCAPE GAME

Un film de Adam Robitel

Tarabiscoté

Six personnes découvrent dans leur courrier un mystérieux cube noir, dans lequel ils parviennent à dénicher une carte de visite, les enjoignant à participer à un Escape Game pouvant leur rapporter 10 000 dollars. Mais dès la salle d’attente, alors qu’ils font connaissance, la poignée de la porte leur reste dans les mains, et les voilà enfermés…

Escape game film image

Il y avait peut-être une bonne idée à la base de "Escape Game", en dehors du simple fait d’aligner des Escape Rooms aux difficultés grandissantes, histoire de flatter les ados en mal de sensation ou les grands enfants qui participent de ce phénomène de société. Sorte de survival à base d’énigmes à résoudre et d’indices à trouver l’escape game est en effet devenu un jeu à la mode, dans lequel chacun joue à se faire peur, les salles fleurissant aux quatre coins des grandes villes. Point de bâteau pirate ici, point d’asile psychiatrique en Corée du nord, point de sous-marin désaffecté ou autre joyeuseté, juste un groupe de six personnes que l’appât du gain unit (sauf pour un, spécialiste de ce genre de divertissement), et potentiellement beaucoup plus.

La première scène de ce film, présenté en ouverture au Festival de Gérardmer 2019, tente de nous mettre maladroitement dans le bain, suggérant la mort probable d’un des candidats… mais dévoilant surtout qui pourrait être le dernier de la bande à tenter l’épreuve. Construit ensuite comme un grand flash-back, le reste du film aligne paresseusement les pièces successives et donc les épreuves de toutes natures (le chaud, le froid, le vide, l’asphyxie…) tout en égrenant au hasard les indices d’une possible manipulation ou d’un possible mobile. Loin de l’excellent "Cube", dans lequel non seulement résidait un certains suspense quant à la présence de chacun des personnages, mais surtout une peur viscérale de la nouvelle façon de mourir, tout ici paraît artificiel et plan-plan.

Chacun des personnage est quasi inexistant, ne se confrontant aux autres qu’à minima, et les quelques retournements de situation ne raniment pas vraiment l’intérêt d’un spectateur vite blasé. L’idée finale était certes bonne, au point d’ailleurs qu’on nous introduit pratiquement le concept de la suite, mais encore aurait-il fallu mettre les moyens ailleurs qu’uniquement dans les décors. Dans des dialogues par exemple, quelques effets spéciaux, et surtout une mise en scène un minimum immersive. Rien de tout cela dans cet "Escape Game" qui se regarde, un léger bâillement en coin.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire