Parce qu'on en a jamais assez !

THE END

Un film de

Étrange mais assurément efficace

Un homme se réveille. Il prend son fusil, son 4x4 et son chien, et se gare sur la « route du lapin », à l'entrée d'un sentier forestier. Rapidement, il s'aperçoit que son chien a disparu, et que le chemin pour retourner à sa voiture, n'est plus si facile à retrouver...

Sortie directe en E-cinema (Vod) le 08 avril 2016

C'est sur la base d'un rêve qu'il a fait, que Guillaume Nicloux a écrit le scénario de "The end", film expérimental s'il en est, dont les ressorts sont forcément aussi imprévisibles que le subconscient est difficilement interprétable. Retrouvant Gérard Depardieu, quelques mois à peine après le captivant « Valley of love » présenté à Cannes l'an dernier, il lui attribue ici le rôle principal, celui d'un chasseur égarant son chien en forêt et devenant finalement lui-même totalement perdu.

Rappelant forcément quelque part le « Dead end » produit par James Huth au début des années 2000, par son côté cauchemardesque, l'aspect labyrinthique de la forêt, et l'étrangeté des rencontres qui prennent place au fil de l'intrigue, le film s'avère aussi troublant que stressant, aussi intelligent qu'évocateur. Des lectures premier degré sur la condamnation de la chasse, à celles plus profondes sur la peur de vieillir seul ou le renoncement aux rêves d'amour ou de jeunesse, toutes les pistes sont possibles, et chacun y trouvera échos à ses propres questionnements.

Avec un rôle jouant sur la fatigue physique d'un personnage qui tourne en rond, et dont la colère face à son incapacité à sortir de cette situation, ne fait qu'augmenter, Depardieu se retrouve à jouer (à merveille) les forces de la nature. Revendiquant lui-même l'impact de l'épuisement sur sa prestation, il incarne un homme qui, sous une carcasse d'apparence inusable, se retrouve progressivement submergé par la solitude. Nicloux, lui, joue sur le vertige grandissant du personnage, à l'aide d'une caméra mobile en permanente recherche de sa présence, et observe avec cruauté sa colère impuissante. Après un passage par la section Forum du Festival de Berlin 2016, le film sera à voir en E-cinema uniquement. Alors profitez en, et tentez l'expérience.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire