Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

L'EMPIRE DES LOUPS

Un film de Chris Nahon

La méthode Grangé !

A Paris de nos jours, un inquiétant tueur en série torture et tue des jeunes femmes de la communauté turque. Un jeune inspecteur fait alors appel au policier le plus a même de l’aider dans cette enquête, un corrompu qui a été mis sur la touche. De l’autre coté de la capitale, une jeune femme, femme de haut fonctionnaire, perd progressivement la mémoire et sombre peu à peu dans la folie la plus totale. Rien ne semble rapprocher ces deux histoires et pourtant elles vont s’entrecroiser pour ne faire qu’une…

Un peu d’exotisme, de la science pas si fiction, de l’horreur bien sanglante et un duo de flic que tout oppose, et surtout Jean reno. Voilà en gros ce qui rapproche ce film, des Rivières Pourpres de Christophe Grangé. Mais les lecteurs du roman ne retrouveront pas la trame exacte de celui-ci, puisque la fin a été complètement changée, casting oblige. Alors le film, sans être une réussite se laisse agréablement suivre, bien mieux que les Rivières Pourpres 2, dans le même style.

Certes les effets visuels sont parfois exagérés, certes le début met du temps à se mettre en place, certes le scénario et les dialogues sont un peu caricaturaux et prévisibles mais le film montre bon nombre d’aspects positifs. Le rôle de Jean Reno, le met une fois de plus dans la peau d’un flic mal embouché, mais qui se retrouve de l’autre côté du miroir, avec de nombreuses zones d’ombres dans sa vie et dans ses actes. Il est dangereux dans ses gestes, et ses réactions semblent imprévisibles.

D’autre part le rythme du film s’accélère au bout d’une demi-heure et l’on suit avec plus d’entrain les deux histoires qui se concluent de manière classique mais tellement dynamique. Tout cela est relevé par une ambiance très crasseuse à la Seven, des personnages secondaires aux tronches éclatées et des scènes d’action sympathiques et pour une fois sobres. Donc sans être le polar d’action de l’année, ce film remplit partiellement son objectif, avec une ambiance glauque et pluvieuse, une histoire rocambolesque et des acteurs assez concernés par leur rôle. Une bonne série B du samedi soir !

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire