Bannière Festival Lumière 2021

LES DOSSIERS SECRETS DU VATICAN

Un film de Mark Neveldine

Sitôt regardé, sitôt oublié…

Angela Holmes est une jeune femme de 27 ans qui vit heureuse avec Pete, son compagnon. Mais soudainement, elle commence à se comporter de manière étrange. Démunis face à ce qui arrive à Angela, ses proches s'en remettent au père Lozano et au Cardinal Bruun, l'un des plus grands spécialistes en exorcisme du Vatican. Ils vont tout tenter pour libérer son âme du mal qui la ronge mais aucun d'eux ne se doutait de la puissance de ce qu'ils allaient devoir affronter…

« Les Dossiers Secrets du Vatican » ! En lisant ce titre et en voyant l'affiche, on pouvait s'attendre à un film d'horreur plein de complots et de mystère autour de la toute-puissance des institutions catholiques et des pratiques plus ou moins occultes qui les entourent. Il n'en est rien. On a ici affaire à un film d'exorcisme lambda au rythme convenu, réutilisant abondamment tous les codes du genre et le côté pseudo histoire vraie n'en est que plus pathétique.

On a donc droit aux regards dans le vide, à la régurgitation d'objets (dans « Le Rite » il s'agissait de clous, ici ce sont des œufs), à la langue inconnue parlée couramment, etc. etc. Non seulement tout cela manque cruellement d'originalité, mais l'intérêt qu'est sensé susciter le tragique destin d'Angela manque lui aussi à l'appel. Les personnages sont superficiels et ne provoquent absolument aucune empathie, quant aux acteurs qui les interprètent, ils ont l'air de s'ennuyer autant que nous. Michael Peña patauge dans un rôle alambiqué de prêtre vétéran de la guerre en Irak, quant à Dougray Scott en fait des tonne pour bien nous montrer qu'il est un colonel américano-irlandais ultra-conservateur qui déteste son futur gendre.

La plupart du temps ça rame, mais le film nous offre tout de même quelques bons moments qui rehaussent un peu le niveau de l'ensemble, comme cette scène de suicide collectif dans l'hôpital psychiatrique. Sinon on s'ennuie ferme et c'est d'autant plus décevant lorsqu'on se dit que Mark Neveldine était le co-réalisateur d' « Hyper Tension », un film complètement barré où l'on n'avait pas vraiment le temps de s'ennuyer.

Finalement il n'y a pas grand-chose à dire de plus. « Les Dossiers Secrets du Vatican » est un film extrêmement moyen qui flirte bien trop souvent avec le bon gros nanar.

Adrien VerotEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire