DEUX SOEURS

Un film de Kim Jee-Woon

Terreur insidieuse

Deux adolescentes reviennent dans la maison familiale après une longue absence. Chacune fait face à sa façon à la belle mère, qui règne là en maître. L'une agit avec effronterie, l'autre se referme sur elle même. Alors que quelqu'un semble s'être immiscé dans sa chambre en pleine nuit, la plus réservée se réfugie dans le lit de sa sœur…

C'est tout d'abord le lieu qui en impose. Cette grande maison, aux couleurs ternes et à l'aspect presque fantomatique, digne d'un Amityville est posée là, comme un objet aux mille secrets. Le silence qui l'entoure, la gêne palpable des deux sœurs et de leur père participent de cette chape de plomb qui caractérise le lieu. Puis entre en scène la belle mère, tous sourires dehors, elle inquiète tout de suite plus qu'elle ne séduit. Car elle semble possessive, et surtout envahissante.

Et c'est cette invasion de l'intimité de jeunes filles que le réalisateur nous aide à appréhender. Et sa caméra, proche des objets et des visages, traduit à merveille le malaise des adolescentes, qui se transmet peu à peu au spectateur. Que le veut donc cette femme pleine d'une supposées haine ? Quel est ce lourd secret familial qui impose silence et non dits ? Difficile de voir venir le dénouement, et pourtant le film flirte avec des idées bien à la mode. Mais ne boudons pas notre plaisir, ce grand prix de Gérardmer 2004 est un honnête film d'angoisse dont l'ambiance troublante vous suivra quelques temps.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire