Parce qu'on en a jamais assez !

DEUX EN UN

Un film de Bobby Farrelly

Hollywood, paradis des Freaks

Bob et Walt Tenor, frères siamois ayant un foie en commun, tiennent un fast food dans le Massachussets. Mais un beau jour, l'envie prend à Walt de tenter sa chance à Hollywood…

Le nouveau film, forcément graveleux, des Frères Farrelly, déjà réalisateurs du cultissime 'Mary à tout prix', et de 'Fou d'Irène', donne dans la tendresse fraternelle et le message de tolérance, mais aussi d'accomplissement de soi. Ceci aurait dû attirer en masse le public américain, friand de voyeurisme et de principes empiriques superficiels. Mais le film a été un échec outre atlantique. On est donc en droit de s'intéresser aux différents niveaux de lecture de cette œuvre qui fera fuir certains et ravira d'autre par ses rondeurs excessives.

Entre deux gags visuels souvent drôles (le frère déguisé en peluche géante philosophant dans le lit fraternel, la formidable leçon de cuisine à quatre mains…), et de nombreuses phrases à double sens, souvent salace, il y a pourtant de quoi jubiler. D'autant que le rythme du film, assez soutenu et riche en rebondissements amoureux ou professionnels, double la dose de péripétie. Mais si Deux en un est assez succulent, c'est dans les moments où il dépeint le milieu du cinéma et les relations avec le public et ses rêves. Et Meryl Streep comme Cher se prêtent au jeu, la deuxième singeant avec brio, tous les défauts dont une certaine presse l'affuble.

Alors, ces deux frères inséparables nous entraîne dans leurs mésaventures d'anomalies de la nature. Et le regard des autres n'est modifié qu'à leur proche contact, loin des acteurs gadgets d'Hollywood, ou des amitiés fugaces. On se surprend à être touché par leur solicitude l'un envers l'autre, et à croire (presque) à la possibilité de leur histoire. Généreuse et amusante, c'est ce qui la définit le mieux.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire