Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

DES NOUVELLES DE LA PLANETE MARS

Un film de Dominik Moll
Avec

Une sympathique comédie qui remplit son rôle

Philippe Mars est un père de famille un peu à côté de la plaque, et ses deux enfants de 17 et 15 ans ne manquent pas de le lui rappeler. Au travail, il prend de nouvelles responsabilités en remplaçant un développeur à la personnalité un peu spéciale et surtout imprévisible. Un jour, ce fameux collègue pète une durite envers le gérant de société et lance un hachoir en direction de Philippe…

Philippe Mars est un type sympathique qui ne sait pas dire non et tente toujours d’être conciliant. Divorcé et père de deux adolescents, il tente de les élever tant bien que mal même si ce n’est pas facile en ce moment. En effet, les événements s'enchaînent : son ex-femme lui confie les enfants du jour au lendemain car il faut qu’elle couvre la crise à Bruxelles, son fils devient végétarien et milite contre les horreurs faites aux animaux, sa fille, devenue une véritable intello, le prend pour un looser, et au travail, il doit composer avec un collègue des plus instables. Mais au bout d’un moment, assez est assez et Philippe doit se reprendre en main s’il ne veut pas que la situation ne dégénère.

Toute la mise en place de la situation du personnage de Philippe Mars est à la fois caustique et très réussie avec des répliques assassines qui fusent à plein régime. François Damiens se voit affublé d’un rôle de père de famille empreint de naïveté et quelque peu bougon qui le sied à merveille. La galerie de personnages, de la fille au fils (excellent Tom Rivoire) en passant par un Vincent Macaigne parfait dans le rôle d'un collègue envahissant et inquiétant (il aime à caresser des hachoirs pour déstresser !) finit de nous emporter dans un récit montant progressivement en délire sur l’écart entre générations.

Malheureusement, on ne retrouve pas ce rythme dans la deuxième partie qui laisse atterrir le long-métrage en douceur avec même quelques clichés mielleux qu’il aurait mieux valu éviter. Il est également à regretter que Dominik Moll n’exploite pas plus l’aspect lunaire de sa comédie puisqu’il joue ci et là sur le nom de son personnage principal et son décalage avec ceux qui l’entoure (d’où le titre du film). Pour autant, ce long métrage dans l’ensemble laisse une agréable sensation. Le divertissement est réussi et, finalement, c’est tout ce que l’on demande.

Alexandre RomanazziEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire