Parce qu'on en a jamais assez !

DEMAIN ON DEMENAGE !

Un film de Chantal Akerman

Une masturbation cérébrale de plus dans le ciné intello

Lorsque le père de Charlotte meurt, sa mère s'installe chez elle et vient perturber son quotidien d'écrivain célibataire, déconcentrant son travail sur un roman érotique de commande qui ne l'inspirait déjà guère…

Comme dit ma mère, les gens confondent trop souvent intello et intelligent ! Ce film en est le parfait exemple tant on ressent un profond mépris pour le "spectateur moyen" à travers ce qui ressemble à du théâtre contemporain filmé, au scénario extravagant, pseudo-provocateur et faussement intelligent. Akerman, que certains surnomment le Godard féminin, nous sert encore un de ses plats durs à digérer, chiant à avaler, et facile à oublier !

S'autoproclamant apparemment philosophe poétique et comique, réfléchissant sur la vie et la communauté juive de manière assez étrange, elle nous montre une fois de plus qu'il existe trop de ces pseudo-artistes intellos qui prennent les gens pour des cons et ne satisfont qu'eux-mêmes et leurs "semblables" dans leurs masturbations cérébrales inéluctablement inutiles car elles ne sauront ni faire avancer le schmilblick ni provoquer de plaisir chez le spectateur ci-avant nommé et dédaigné. Qui, je vous le demande, est plus méprisable : celui qui ne comprend pas un film où il n'y a en fait pas grand-chose à comprendre, ou celle qui croit faire passer de nombreux messages intelligents et utiles dans une œuvre prétentieuse et surévaluée ?

Si encore le film se contentait de ces quelques séquences appréciables de belle folie (presque Kusturicienne) dont Sylvie Testud et consort font parfois preuve au fil du film, on aurait été satisfait d'avoir visionné une comédie à la fois burlesque et absurde, même si elle en devient agaçante à force d'en abuser. Mais les bonnes répliques et situations comiques du film (souvent impérialement jouées par un casting qui, il faut l'avouer, semble s'éclater dans ces divers rôles déments ! Mise à part Aurore Clément qui est « à baffer » tellement son jeu est insupportable !) sont malheureusement contrebalancées par des scènes intellos qui pourrissent cet élan comique. Bref, trop de cerveau tue-t-il le cerveau ?

Raphaël JullienEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire