Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

LA DEFENSE LINCOLN

Dans ma Benz, benz, benz

Pendant que certains avocats ne rêvent que de clients innocents, Mickey Haller n’a qu’un but : raccourcir les peines des criminels et faire passer les victimes pour des personnes de mauvaise foi. Et pour traiter ses affaires, ce brillant avocat de Los Angeles se balade en Lincoln Continental avec chauffeur. Habitué à traiter avec des voyous, il va être contacté par une richissime famille dont le fils est accusé de meurtre avec violence. Cette affaire va bouleverser la routine dans laquelle il se complaisait…

Avec un pitch aussi mou du genou que ça : un avocat pour voyous qui défend un gamin de riches, qui plus est, innocent… « La défense Lincoln » n’apparaît pas comme un film des plus passionnants, mais ressemblerait plus à un épisode de séries policières, sorte de mixte entre « Law and Order » et « Dirty sexy money ». D’autant plus que l’acteur texan sur le retour, Matthew McConaughey, n’a pas vraiment fait preuve de choix de carrière judicieux ces dernières années, enchaînant les comédies romantiques pas vraiment brillantes (« Un mariage trop parfait », « Comment se faire larguer en 10 leçons », « L'Amour de l'or », « Hanté par ses ex », « Playboy à saisir »). Et pour lui donner la réplique, il est affublé d'un des acteurs les plus mono-expressifs de sa génération : Ryan Philippe, dont le seul rôle intéressant fut son premier, dans le remake version teen-movie des Liaisons dangereuses : « Cruel intentions ».

Malgré tous ces a priori, l’intrigue se déroule de manière plutôt efficace, pénétrant petit à petit dans les antres d’une sordide histoire de meurtres, réalisés par un psychopathe sexuel méthodique. Pas à pas, l’avocat va lever le voile sur les indices et incohérences du dossier pour défendre son client. Et la tension monte, le paroxysme de cette investigation et du plaidoyer se déroulant devant un juge, où l’accusé, la victime et ceux qui les défendent jouent une « partie de poker », où le bluff fera apparaître la vérité. « La défense Lincoln » livrera finalement toute sa brillance et son intérêt dans son dénouement, laissant un goût de relative satisfaction pour ce film dont on n’attendait pas grand-chose au départ.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire