Parce qu'on en a jamais assez !

DEDALES

Un film de René Manzor

Le labyrinthe vous salue bien !!

Après son arrestation par la police, Claude est confiée au bon soin d'un psychiatre qui va pénétrer dans les méandres de son esprit torturé et découvrir les plus sombres pensées jamais imaginées. Cette femme tueur en série se retrouve atteinte de multiples personnalités, l'une d'elle la forçant à tuer selon un code très précis, le hasard !! En parallèle le narrateur retrace le processus qui a amené à son arrestation par un policier étonnement perspicace...

Alors là, la claque !!! Le spectateur passe au stade de victime tellement ce film le ballade de part en part. Il est drôlement jouissif de se voir conforter pendant près d'une heure avec des codes narratifs et scénaristiques archi-rabattus, mais doucement dosés, puis soudainement de voir tous cela s'écrouler afin de donner une toute autre image. De se voir promener sans que l'on se doute de rien.

Car dans ce film avant même la performance des acteurs, il faut revenir sur le scénario, écrit par le réalisateur René Manzor, plein de trouvailles et de surprises, et qui narre en parallèle deux histoires, une se déroulant dans le passé(la traque de Claude par la police) et l'autre dans le présent (Claude face à son psychiatre). Si le résumé peut paraître compliqué, c'est avec une extrême simplicité que le réalisateur enchaîne de l'une à l'autre sans jamais perdre le spectateur.

D'ailleurs les codes narratifs, habituellement utilisés pour passer du présent au passé, sont ici détournés au profit d'un jeu très pertinent sur la lumière et l'ambiance. La nuit pluvieuse pour le passé et la lumière aveuglante du jour pour le présent, afin que le spectateur ne puisse jamais se perdre entre les différents allers-retours, enchaînés au moyen de brillants fondus. D'autre part les rôles écrits sur mesure pour des comédiens parfaitement inspirés, intriguent et sont pour une fois rarement caricaturaux, même si le personnage du flic utilise des procédés proche des meilleurs profileurs américains, un peu en décalage avec le reste du film, tout cela étant purement et simplement (c'est une grande surprise !!!) explosé dans le dernier quart d'heure.

A noter que Sylvie Testud, dans le rôle de Claude, est d'une justesse exceptionnelle et son jeu, l'obligeant parfois à changer de personnalités en cours de scènes, sans effets de montage, mériterait grandement un prix d'interprétation, son visage donnant, avant même la parole, l'impression de ce changement( sans grimace et autres tics énervant pour autant). Un film qui respecte la règle des trois B : Bien joué, bien réalisé et bien écrit. En dire plus, déflorerait ce somptueux thriller psychologique, alors un seul conseil : allez le voir en étant parfaitement concentré afin de pas en perdre une miette.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire