Parce qu'on en a jamais assez !

LA CORRISPONDENZA

Pathos affirmé

Alors qu'elle entretient une liaison avec un de ses professeurs, beaucoup plus âgé qu'elle, Amy Ryan s'aperçoit qu'elle n'arrive plus à le joindre en direct. Inquiète, elle finit par apprendre que celui-ci est décédé...

Il y a dans "La Corrispondenza" une idée de départ tout juste formidable doublé d'un romantisme échevelé. Et si la personne que vous aimez s'était non seulement arrangée pour vous protéger de sa fin proche, mais avait aussi prévu la poursuite de vos échanges, même une fois disparue. Pas si loin de l'intrigue de "P.S. I love you", le nouveau film du réalisateur de "Cinema Paradiso", récemment aux manettes de l'excellent "The Best Offer", tente malheureusement d'emprunter un chemin bien étroit entre suspense et drame larmoyant.

Car il faut bien avouer que non seulement les échanges entre les deux amants prennent souvent des allures d'un autre temps, malgré les technologies modernes utilisées (Skype, textos...), mais qu'en plus certaines situations frôlent tout bonnement le ridicule. La mise en place des personnages ne laisse à vrai dire que peu de place à l'empathie, ce qui aurait au moins permis de souffrir avec l'héroïne. La comédienne Olga Kurylenko ("À la merveille" ou "Quantum of Solace" en James Bond girl) semble régulièrement en faire des tonnes, alors même que sa situation prête à rire : notez qu’elle fait des études d'astrophysique, qu’elle a un job de cascadeuse (rien que ça) et qu’elle est passionnée par les mots, le tout sans aucun rapport !

Reste une certaine nostalgie dans l'approche du romantisme, entre les lieux incroyablement dépaysants et hors du temps (l'île de Verbania dans le Piémont notamment) et le comportement du professeur, tout à la fois mystérieux et protecteur. Certains trouveront peut-être ce petit jeu trop macabre, d'autres se laisseront embarquer dans l’histoire d'amour au-delà de la mort. C'est sûrement cela la magie du cinéma.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire