Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

COPAINS POUR TOUJOURS

Un film de Dennis Dugan

Copains, bronzés et autres retrouvailles

À l’occasion de la mort de leur coach de basket du collège, un groupe d’amis se retrouve pour la première fois depuis des années. Et chacun a plus ou moins avancé dans la vie, en ayant laissé une partie de son cœur en chemin…

Sur un sujet mille fois visité depuis des années , la comédie « de potes » qui se retrouvent après avoir grandi et dont les différences cachent rancœur, jalousies et autres affrontements latents, ce film arrive bien longtemps après les classiques du genre. Alors la solution aurait été de créer des personnages encore plus décalés ou des gags encore plus violents, plus trashs ou plus nombreux. Malheureusement, il n'en est rien.

Entre le riche agent de joueur, le baba cool, le noir un peu hystérique et le bon gros un peu pataud, les différents rôles distribués ici reprennent des figures éculées de la comédie sans leur apporter aucune nouveauté. Une fois de plus chacun va se redécouvrir au contact des autres (y compris leurs compagnes et enfants respectifs), pour finalement se ressouder afin d'affronter les anciennes terreurs de l'école au cours d'un match de basket plein de ralentis et de bon sentiments.

Le tout est platement emballé et hop, voilà une comédie vite faite, pas bien faite, qui applique une recette sans se fouler. C'est bien dommage, puisque entre le casting et quelques gags, il y aurait eu matière à exploiter le compteur zygomatique, d'autant que le cadre (un chalet en pleine forêt et une base nautique toute proche) aurait pu amener plein de possibilités de confrontations.

En fin de compte, « Copain pour toujours » est un film très classique dans l'approche et le sujet, mille fois raconté de part et d'autre de l'Atlantique, et qui malgré quelques gags plus visuels que jubilatoires passe tranquillement. Trop tranquillement.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire