Banniere_CANNES-2019

COMME UN HOMME

Un film de Safy Nebbou

Quand le cinéma n'est pas héréditaire...

Menacé de renvoi définitif suite à l’agression de sa professeur d’anglais, Greg décide avec son ami Louis de kidnapper celle-ci. Evidemment, l'enlèvement ne se passe pas comme prévu et Pierre, père de Louis et proviseur du lycée, commence à s'inquiéter de l'attitude étrange de son fils...

Dans ses deux précédents films, Safy Nebbou avait fait sa marque de fabrique d'opposer deux grands acteurs ou actrices de talent pour de magnifiques duels psychologiques : Sandrine Bonnaire et Catherine Frot dans « l'Empreinte », Gérard Depardieu et Benoît Poelvoorde dans « L'autre Dumas ». Dans son dernier métrage, problème : il manque un élément à l'équation. Car la confrontation père-fils avec Charles Berling dans le rôle du paternel aurait forcément pu faire des étincelles si le fils n'avait pas eu les traits de... Emile Berling, son propre fils!

Sans tomber dans le futile débat sur les « fils de », c'est au vu de la prestation du jeune comédien que se fait sentir le malaise, et ce dès les premières scènes. Interprétant toutes les émotions (peur, colère, hésitation, culpabilité, sadisme, perversité, oui, vraiment toutes...) par un regard fixe et un visage neutre au possible, Berling junior fait pâle figure face à Berling senior qui, lui, fait preuve de ce qui manque justement à son rejeton : du talent et de la bouteille. C'est donc peu dire que ce qui aurait dû constituer une révélation pour l'incarnation d'un personnage d'adolescent passionnant de complexité ne fait ici que l'effet d'un pétard mouillé.

Ajoutons à cela une utilisation quelque peu outrancière de belles pages de symphonies classiques, quatuors et autres airs d'opéras, qui semble compenser les faiblesses précédemment décrites. Car une musique, aussi appropriée soit-elle, ne peut suffire à faire d'une histoire une tragédie moderne si le contenu sous-jacent n'est pas la hauteur. « Comme un homme » s'avère donc bien être une sorte de tragédie moderne, mais malheureusement pas dans le bon sens du terme...

Rémi GeoffroyEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire