Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

COMME DES ROIS

Un film de Xabi Molia

Tel père, tel fils ?

Micka est un jeune homme qui rêve de devenir acteur mais cela a un coût financier. Son père Joseph est un petit arnaqueur vivant de combines et de petits vols en tout genre pour tenter de subvenir aux besoins de sa famille et dans lesquelles il entraîne Micka. Ce dernier réussira-t-il à prendre son indépendance pour pouvoir vivre son rêve ?...

"Comme des rois" est une chronique sociale touchante dans laquelle Micka, la vingtaine, a un rêve : devenir acteur. Mais ce rêve et donc sa quête d’indépendance se heurtent à la triste réalité de son quotidien : celui de trouver de l’argent à travers de petites arnaques en compagnie de son père, pour que leur famille s’en sorte financièrement. Micka et son père Joseph forment un duo, l’un ayant plus besoin de l’autre, Joseph ne pouvant se résoudre à perdre son fils car il lui permet de réussir certains coups. De plus, ils ont en quelque sorte une relation maître-élève qui prend sens dès le début du film.

Ces arnaques, lorsqu’elles consistent à faire du porte-à-porte, permettent à Micka de jouer un rôle et d’endosser le costume du comédien. Mais lui souhaite en faire son vrai métier, jouer pour jouer, et non camper un personnage pour faire quelques combines qui ne mènent qu’à joindre financièrement et difficilement les deux bouts. Une chose lie ici les personnages de manière plus forte que les liens du sang : l’argent. Aidé par sa famille, Micka se retrouve contraint de retomber dans les petites combines auxquelles il ne souhaite plus avoir à faire. Sa famille est ici un poids pour le héros mais demeure néanmoins son unique possibilité de trouver de l’argent pour atteindre son but car sans argent, il n’y a pas d’école de théâtre : l’indépendance a un prix.

Kad Merad est touchant dans son rôle de petit arnaqueur et il forme avec Kacey Mottet-Klein un duo père-fils plus que convaincant. Ce dernier s’avère juste dans l’interprétation de ce jeune en quête d'indépendance pour vivre son rêve. L’évolution de son personnage reste très intéressante et permet de saisir la difficulté de liberté quand on est jeune et que la cellule familiale a encore besoin nous. De plus, le film aurait pu sombrer dans le pathos mais Xabi Molia réussit à éviter cet écueil et nous offre également une fin qui évite de se jeter dans un happy end, ce qui aurait été trop convenu. On pourra néanmoins regretter le manque de développement des personnages féminins de la famille qui apparaissent comme les figures protectrices et opposées aux projets du père.

"Comme des rois" de Xabi Molia s'avère un bon et beau film qui réussit à saisir une réalité sociale sans tomber dans l’émotionnel à outrance et parvient à donner une vraie profondeur aux deux personnages principaux. On peut néanmoins lui reprocher une trop faible construction de ses personnages secondaires. Toutefois, "Comme des rois" n’a rien d’une arnaque.

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire