Banniere Festival Hallucinations Collectives 2019

COMME DES FRÈRES

Un film de Hugo Gélin

Dernier voyage

Charlie n’est plus de ce monde. Boris, Elie et Maxime ont perdu pied. Ils avaient chacun un amour singulier pour Charlie, car elle était leur sœur, leur pote ou la femme d'une vie. Boris, Elie et Maxime devaient faire un voyage en Corse avec elle, avant son décès. Ils font tous trois le choix de partir pour ce périple. Ce trio improvisé, fait de milieux et générations différents se raccroche à la volonté de Charlie...

Hugo Gélin réalise son premier long métrage après quelque rôles d’acteur ainsi qu'un passage par la production. Scénariste du film « La Cage Dorée », tout comme dans ce film, il a su ici s’entourer de jeunes acteurs français correspondant chacun à un stéréotype distinct. Le jeu de François Xavier Demaison en homme d’affaires accompli ne surprendra pas le spectateur, déjà habitué à ses précédents rôles. Nicolas Duvauchelle, en scénariste fêtard, n’étonnera pas non plus son public. Quant à Pierre Niey, l’ado qui a déjà planifié tout sa vie, il se trouve être un crédible « bambin » de la bande. Enfin, Mélanie Thierry, qui est le lien entre ces trois personnages fascinera le spectateur en incarnant une Charlie forte et fragile à la fois. Elle emmène sa troupe à merveille, et sert de locomotive au film.

Hugo Gélin démontre sans complexe qu’une bande de copain peut être inter-générationnelle, chacun apportant sa pierre à l’édifice grâce à l’amitié ou l’amour. Il prouve que les sentiments peuvent subsister à divers degrés sans s’estomper. Ébauchant presque une nouvelle famille, composée de l'émotion et de la sensibilité de chacun, il compose un parcours initiatique dont el moteur est l’amour porté pour Charlie. Chacun des personnages ayant eut si l'on peut dire son heure de gloire, les liens forts qui unissent ces nouveaux amis se construisent étonnamment sans trop de rivalité.

Délicatement, réalisateur a parsemé le film de touches de comédie, pour mieux amener le spectateur dans une ambiance moins pesante. Il joue peut-être du flash-back un peu trop, cassant parfois le rythme du film. Reste que les magnifiques paysages de ce voyage ensoleilleront ce mois d’automne, accompagnant un film touchant et sensible à la fois, sur l’amitié et l’amour.

David BrejonEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire