Banniere-Berlinale-2019

COLD WAR

L’album d’une vie

Zula, jeune femme polonaise au fort caractère et dont le passé reste un mystère, passe un casting pour intégrer une troupe de danses et de chants traditionnels. Wiktor, compositeur, participe au choix des futurs chanteurs et danseurs. Il est fasciné par Zula qui se démarque de toutes les autres par sa voix et sa grande détermination. Nous allons alors observer les différentes pages de leurs vies et plonger dans leurs joies et leurs peines…

"Cold War" montre l’histoire d’un amour aussi fort que tumultueux sur fond de Guerre froide. Ce film se regarde comme on feuillette l’album photo de nos grands-parents. Le noir et blanc, qui accentue d’autant plus cet effet, plonge totalement le spectateur dans l’histoire de ces personnages. Les différents cadrages et plans ainsi que la mise en scène, et plus largement l'esthétique de l’image et sa composition, mettent en valeur l’ambiance de l’époque ainsi que le regard des personnages – on croirait même voir les yeux bleus de l’actrice –, ce qui attire notre attention et donne une profondeur très révélatrice des sentiments.

Cette histoire simple montre l’époque complexe des victimes de cette Guerre froide, avec des petites touches d’humour et de “métaphores”, et donne encore plus de réalisme au film. Les personnages tentent de rester positifs malgré les tiraillements entre l'attrait pour le monde occidental, et ses pseudo-libertés, et le monde communiste du bloc de l’Est, renforcé par l’aspect folklorique. C’est une œuvre qui permet aux spectateurs de comprendre ce que pouvaient subir les Polonais à cette époque.

La musique, très présente dans le film, emmène le spectateur au cœur du folklore slave et des traditions polonaises. La chanson “Dwa serduszka cztery oczy”, magnifiquement interprétée par Joanna Kullig (Zula), est centrale dans ce film. Zula ne souhaitera d’ailleurs pas chanter sa traduction française par respect pour la musique polonaise mais aussi pour des raisons qui lui seront plus personnelles. Cette musique, qui va revenir de nombreuses fois dans le film, va marquer chaque changement, chaque page tournée de la vie de Zula et Wiktor jusqu’à la fin…

Clea BerchiattiEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire