Parce qu'on en a jamais assez !

LES CHIMPANZES DE L'ESPACE

Gentil dragueur

Alors que son ancêtre avait été l'un des premiers a être envoyé dans l'espace, pour tester les fusées fabriquées par les hommes, le jeune Ham, lui, préfère virevolter dans les airs en tant que « singe-canon » dans un cirque. Mais un jour, l'agence spatiale fait appel à lui pour diriger une équipe de singe chargée de découvrir ce qu'est devenue une sonde, perdue au delà d'un trou noir...

Drôle de nom que ce « Ham » (jambon en français) pour désigner le héros de ce nouveau dessin animé, qui arrive à point nommé pour les vacances scolaires, et déboule sur les écrans à peine une semaine avant « Fly me to the moon », autre histoire d'animaux dans l'espace (des mouches cette fois-ci). Pas de grande base historique ici, les singes étant les véritables héros du film, dotés d'intelligence, de roublardise et de sentiments. L'amour est d'ailleurs au centre de la plupart des gags du film, au travers de la relation entre le jeune homme, dragueur un peu balourd, et la femelle de l'équipe. Les petits adoreront.

Côté méchants, outre un patron inflexible pressé de fermer l'agence spatiale et d'économier des sous, c'est surtout de la planète sur laquelle est tombée la sonde que viendra le danger: despote extra-terrestre saugrenu et bête, volcan qui crache un liquide réfrigérant qui vous transforme en statue, plantes cannibales de toutes sortes et monstres caché dans des cavernes. Le scénario ressemble rapidement à un parcours d'obstacle, visuellement imaginatif mais sans grand intérêt ni suspense. Au final, seul le portrait des scientifiques amusera les parents (trop sérieux et obnubilés par leur pochette porte stylo...), tandis que les petits s'attacheront notamment au gentil petit extra-terrestre, avec sa grosse tête qui s'allume quand il a peur et dont vous pouvez toujours tenter de prononcer le nom...

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire