Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

BROKEN ENGLISH

Pour Parker Posey

Nora est une tretenaire qui n'arrive pas à rencontrer un homme qui veuille d'elle. Alors qu'elle devient peu à peu désabusée, elle fait la connaissance d'un jeune français...

« Broken english » est une comédie désabusée, qui dresse au passage le portrait d'une citadine en proie à des attaques de panique. Après l'éviction d'une brochette de prétendants plutôt effrayants, la rencontre avec Melvil Poupaud, dont le personnage est, comme elle, blessé, permet au film d'amorcer un virage de l'étude de cas social, vers la comédie romantique cynique. Mais au bout de quelques scènes, on ne sait trop pourquoi, le charme rompt tout à coup, et le spectateur se désinteresse des problèmes existentiels de la jeune femme et de ses difficultés à faire des choix.

Cette jeune femme, c'est Parker Posey (« Amateur », « Fay Grim »), actrice indépendante trop rare, qui l'incarne, s'imposant comme l'une des actrices les plus prolifique de l'année 2007. Touchante, irrritante, paumée, pétillante, elle donne à son personnage de multiples facettes qui finissent par former un portrait d'oiseau blessé des plus justes. Mais malheureusement le scénario se complaît dans les maladresses de cette femme, son absence de volonté, son désespoir latent, n'offre que peu de nouveautés dans la dernière partie du film, pourtant située à Paris. On ne croit donc pas plus qu'elle au conte de fées, laissant le très juste Melvil Poupaud et elle à leur sort improbable.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire