Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

BROADWAY THERAPY

Un amour de comédie à la Woody Allen, ventant les mérites du happy-end

Une actrice donne une interview et explique à une journaliste cynique pourquoi elle croit aux happy-ends et aux miracles, et comment un certain Derek a changé sa vie quatre ans plus tôt. À l’époque elle travaillait comme muse (ou pute, au choix…) et un amant lui a proposé 35 000 Dollars pour arrêter…

À chaque période correspond son terme vendeur fétiche. En ce moment le mot « Therapy » semble être le terme à la mode chez les experts en marketing et communication. Après l'excellent « Snow Therapy » en janvier (titre français de « Turist » ou « Force majeure »), voici que « She's funny that way », découvert l'an dernier hors compétition au Festival de Venise, sort sous le titre de « Broadway Therapy ». Espérons en tous cas que celui-ci portera chance à cette délicieuse comédie, qui pour une fois, nous amène à rire aux éclats.

Ce nouveau film de Peter Bogdanovich (« La dernière séance », « Mask ») est une comédie à la Woody Allen, à la fois très bavarde, diablement rythmée, et versant joyeusement dans un vaudeville parfaitement assumé (jusqu'à la scène d'hôtel avec la maîtresse dans les toilettes...). Avec une nouvelle fois un sujet tournant autour du théâtre (décidément c'est la mode cette année après "Birdman" et "The humbling", deux films déjà débarqués de Venise), le film raconte, grâce à un excellent casting et un réel sens du rebondissement, la rencontre d'une prostituée et d'un metteur en scène, qui lui offrira doublement sa chance.

La ribambelle de personnages fait plaisir à voir et s'engouffre joyeusement dans des situations bien barrées, où le hasard rencontre la chance. L'apothéose est atteinte lors d'une scène de restaurant où tous les principaux personnages se retrouvent malgré eux : la pute et le scénariste, le réalisateur et son actrice, le détective, la psychiatre en intérim de sa mère (Jennifer Aniston, mémorable) et son vieux obsessionnel. Et sans jamais se prendre au sérieux, le scénario optimiste, délivre en fond un message plus grave : « si tu ne laisse pas derrière ton passé, il étouffera ton futur ». Laissez-vous donc embarquer par ce film, petit miracle en soi, et véritable régal pour les zygomatiques.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire