Parce qu'on en a jamais assez !

BRAQUER POITIERS

Un film de Claude Schmitz

Braquer la comédie française !

Deux amis décident de kidnapper le propriétaire d’une chaîne de carwash pour lui voler les recettes de ses entreprises. Mais la victime se montre bien plus conciliante que prévu, donnant naissance à une cohabitation surprenante…

Braquer Poitiers film image

Deux amis se retrouvent à aller séquestrer le propriétaire de plusieurs carwash dans la région de Poitiers. Mais là-bas, ils tombent sur Wilfried, un châtelain pas mécontent qu’on le sorte de sa solitude, au point de laisser les deux malfrats s’emparer de son pain quotidien sans même rechigner. Chronique poétique et décalée sur l’individualisme de nos sociétés, "Braquer Poitiers" s’amuse avant tout à briser les barrières entre le fictif et le réel, entre les codes cinématographiques et la sincérité émanant de situations improvisées. Les personnages et les acteurs partagent les mêmes prénoms, le tournage se mêle à l’intrigue (à l’écran, des escrocs viennent voler un homme à son domicile), derrière la caméra, une équipe de cinéma débarque chez un apprenti comédien qui accepte de produire le film avec son argent personnel provenant de ses entreprises de lavage de voiture. Jeu de miroirs assumé pour une ode truculente à l’oisiveté.

Si l’humour fait mouche durant la première heure, durée initiale du métrage, l’épilogue, rajouté suite aux louanges reçues en festival, réussit nettement moins bien à toucher sa cible. Peu importe, pendant plusieurs séquences, onirisme et discours social se sont mariés dans une union profondément libre où l’importance du « rire ensemble » est érigée au même rang que le « vivre ensemble ». Pour son premier long métrage, Claude Schmitz séduit avec son œuvre hallucinée, dont la modestie et la délicatesse ne sont certainement pas synonymes de manque de talent. Certes, les procédés narratifs ont tendance à enfermer les protagonistes dans une certaine routine, mais "Braquer Poitiers" s’impose bien comme un objet inclassable aux vertus revigorantes. Aucun doute, cela fait du bien !

Christophe BrangéEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire