Parce qu'on en a jamais assez !

LES BÊTISES

Comédie burlesque très réussie avec son lot de personnages loufoques

François est un garçon maladroit et un peu dans la lune. Alors lorsqu’il s’amuse à jouer les serveurs pour essayer de rencontrer sa mère biologique, forcément, les catastrophes vont être au rendez-vous…

Faire un premier film n’est jamais une chose facile, alors autant le faire en famille lorsque cela est possible. C’est ainsi que Rose et Alice Philippon ont décidé de réaliser cette comédie burlesque, prolongement d’un film d’étude de la première. L’histoire est celle de François, un jeune homme lunaire et fortement maladroit. Et lorsque ce Gaston Lagaffe en smoking se fait passer pour un serveur afin d’essayer de rencontrer sa mère biologique, forcément, les évènements vont prendre une tournure catastrophique.

Sous influence de Jacques Tati, le film développe progressivement d’autres références comme Chaplin pour les gags, Wes Anderson pour le kitsch et les couleurs, ou encore Jacques Demy. Mais surtout, "Les Bêtises" crée sa propre poésie, où l’absurde des situations vient joliment enrober l’histoire d’un homme à la recherche de sa propre identité. Les situations cocasses s’enchaînent alors sur un rythme effréné, offrant par la même occasion un panorama de protagonistes hauts en couleur. Comédie douce-amère, le métrage doit beaucoup à Jérémy Elkaïm dont le phrasé sied parfaitement à la gaucherie de son personnage.

Aussi drôle qu’énergique, le film est également particulièrement touchant, à l’image de cette scène où François interprète le titre Les Bêtises de Sabine Paturel, dont les paroles prennent une toute autre dimension dans sa bouche. Débordant d’originalité, ce premier passage derrière la caméra est une excellente surprise. Les deux néo-cinéastes ont su s’inspirer de leurs aînés tout en s’imprégnant de la culture pop actuelle pour nous délivrer ce petit bonbon cinématographique délicat et légèrement acidulé, au final absolument délirant. On a déjà hâte de retrouver ces deux jeunes filles derrière une caméra.

Christophe BrangéEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire