Parce qu'on en a jamais assez !

AVANT D'ALLER DORMIR

Un film de Rowan Joffe

Crédibilité zéro

Christine se réveille chaque matin en ayant oublié ce qui s'est passé la veille. Depuis un accident, il y a quelques années, sa mémoire n'imprime plus rien. Elle se lève ainsi, persuadée qu'elle a vingt ans, et découvre son mari, Ben, et sa vie bien réglée. Mais alors que son mari est parti au travail, un psychiatre l'appelle, l'enjoignant d'aller chercher dans son armoire un appareil photo sur lequel elle s'est elle-même laissé un message, tentant de se créer des repères dans ce monde qui l'effraie...

Sur la même base de départ que le fabuleux « Memento » de Christopher Nolan, la perte de la mémoire instantanée, Rowan Joffe tente de construire un thriller paranoïaque et claustrophobe. Il faut dire que ce principe laisse le personnage comme le spectateur vulnérables à la moindre manipulation ou mensonge, en brouillant dès le début tous les repères. Nolan en avait fait un effrayant puzzle construit à l'envers, Peter Segal en avait fait une comédie romantique douce amère avec Adam Sandler tentant chaque jour de reconquérir sa belle dans « Amour et amnésie », quant à Andrew Stanton et Lee Unkrich, ils nous avaient offert de francs moments de rigolade avec Dorie – Mais qui êtes-vous ? - le poisson chirurgien dans « Le monde de Némo ».

Si les plans étrangement cadrés, les intérieurs glacés, les couleurs ternes de « Avant d'aller dormir » participent dans un premier temps à la création d'une ambiance anxiogène, le soufflé retombe très vite face aux incohérences grandissantes d'un scénario qui cherche vainement une issue de sortie. Admettons que l'on passe sur les effets de soudains flash-back expliquant l'accident (ou l'agression), rapidement évacués dans leur signification puisque thérapeutiquement présentés comme des séquelles mobilisant l'imagination du personnage. Reste qu'au regard de l'explication finale, la présence du docteur ignoré du mari paraît quasi impossible. Quant aux opportuns coups de fil de la sœur, ils sont encore plus improbables. Pas la peine de vous triturer les méninges, le scénario ne tient tout simplement pas debout. Dommage pour Nicole Kidman, dont la fragilité et la détresse fuyante auraient pu faire des merveilles.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire