Festival de Venise 2019 banniere

AURORE

Un film de Blandine Lenoir

« L’aurore a un visage »

Aurore est une mère célibataire qui se retrouve sans emploi et dont les filles quittent ou ont quitté le foyer. Ses perspectives d’avenir s’assombrissent donc jusqu’à ce qu’elle retrouve un ancien amour…

"Aurore" manque d’originalité dans la manière dont ses principaux thèmes sont abordés. Que ce soit les histoires de manque de reconnaissance de la fille aînée, la volonté d’émancipation de sa sœur, l’histoire d’amour loupée… Tout cela a déjà été vu et revu, et l’on n’échappe pas à un certain nombre de clichés, dont le final qui est particulièrement stéréotypé. Le traitement façon post-soixante-huitarde et le politiquement correct n’améliorent pas non plus les choses. En revanche, Agnès Jaoui est parfaite en femme mûre qui peine à se reconvertir professionnellement et sentimentalement. De ce point de vue l’histoire est très pertinente car la question de l’avenir professionnel des femmes après 50 ans est un vrai sujet de société.

La réalisation en elle-même est assez plate, rien ne la distingue de celle d’un téléfilm, en revanche il y a un certain nombre de trouvailles de mises en scène bienvenues qui dynamisent l’ensemble : une discussion mère-fille pendant un brossage de dents qu’elles seules peuvent comprendre, la conseillère d’emploi qui ne peut plus parler à cause de ses bouffées de chaleur… Tout cela en fait une comédie assez sympathique, drôle et bien interprétée notamment les seconds rôles, ce qui permet quand même au film de remplir son contrat.

David ChappatEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire