Banniere_Festival_Lumiere_2020

AU PLUS PRES DU PARADIS

Un film de Tonie Marshall

Deneuve magnifique au coeur d'un mélo ennuyeux

Une femme mûre (Catherine Deneuve) retrouve un ancien admirateur (Bernard LeCoq) alors qu'elle quitte une réunion d'anciens camarades. Tous deux savent bien que son attachement et ses regrets à elle vont vers un autre homme. Elle va d'ailleurs tenter de changer le passé, en rejoignant ce dernier au sommet de l'Epire State Building, où il l'a conviée à venir…

Non le film de Tonie Marshall n'est pas une comédie légère et grave à la fois, comme avait pu l'être son excellent " Vénus Beauté ". Il s'agit plutôt d'un essai sur les hasards, regrets et renoncements que les êtres font au nom de ou par amour. Le fait que l'histoire de cette femme soit en permanence reliée au film " Elle et lui ", que les deux connaissances se donnent rendez-vous au sommet du plus célèbre building de New York, que l'actrice ne cesse de revoir le film en question, noie plus le poisson, qu'il n'apporte de trouble au spectateur. Dommage, car l'ennui s'installe vite.

Et l'on sent bien, au travers de toute la nostalgie et les doutes que distille le personnage de Deneuve, que ce rôle de femme ressassant et répétant ses actes manqués, aurait pu être un nouveau pas dans la carrière déjà bien remplie de l'actrice. Au lieu de cela, on assiste un ballet peu crédible ni émouvant, d'âmes en partance pour de nouvelles vies, mais restant ancrées désespérément à leur ancienne. Dommage.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire