Parce qu'on en a jamais assez !

L'ASSEMBLÉE

Un film de Mariana Otero
Avec

Immersion totale et captivante au sein de Nuit Debout

Le 31 mars 2016, sur la place parisienne hautement symbolique de la République, naît le mouvement Nuit Debout. La foule grandit de jour en jour, pour réfléchir à comment créer une nouvelle forme de démocratie…

La loi El Khomry sur la révision du code du travail a débouché sur une contestation massive de la rue. Apogée d’une époque où la pensée politicienne et les rouages de nos instituions sont remis en question, un groupe d’individus se rassemble sur la place de la République pour débattre d’un « futur meilleur ». Nous sommes le 31 mars 2016 et c’est le début de Nuit debout, mouvement populaire massif qui transformera pendant plusieurs mois cette place parisienne en agora où les tribuns confronteront leurs visions de la société. Mariana Otero, réalisatrice notamment du documentaire nommé aux Césars, "Entre nos mains", est au cœur de la foule. Rapidement, elle dégaine la caméra pour immortaliser l’aventure. Aux premières loges, elle capture ainsi l’organisation et l’institutionnalisation de cette association qui souhaite s’exprimer par des idées plus que par des visages.

Mais comment le faire à notre époque ? Comment trouver une direction commune pour une organisation spontanée et représentative d’une multitude d’idéologies. À ce titre, le métrage est particulièrement passionnant, nous plongeant dans les coulisses de cette assemblée populaire, de ses balbutiements à ses contradictions (est-on vraiment démocratique si on finit par exclure ceux qui pensent différemment ?), tout en plongeant dans les débats des nombreuses commissions thématiques créées. Chronique d’une utopie, il y a même quelque chose de poignant à voir la chimère de ces militants s’évaporer au fur et à mesure que la place se vide inéluctablement. Mais à l’image de ces protagonistes qui se plaignent d’assister systématiquement aux mêmes discussions, le film, très répétitif dans sa forme, manque de consistance cinématographique pour intéresser au-delà du sujet. Cela fait un excellent reportage. Moins un excellent film.

Christophe BrangeEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire