Parce qu'on en a jamais assez !

L'ART DE LA FUGUE

Un film de Brice Cauvin

Remise en question

Trois frères ont une vie tumultueuse, chacun ayant une relation stable mais espérant ou rêvant d'un autre partenaire. Antoine vit avec Adar, mais il rêve d'Alexis… Louis va épouser Julie, mais il est amoureux de Mathilde. Et Gérard aime Hélène sans répit, mais finira t il avec Ariel ? La famille vit ainsi dans la tourmente de ces choix à faire !Succomber aux tentations ou les refréner ?

Bruce Cauvin adapte le roman éponyme de Stephen McCauley. L'ambiance humour doux-amer berce ce récit, où il dresse un bien dur miroir de la vie, face à ses personnages et aux choix qui façonnent le chemin de chacun de leurs parcours personnels. Il nous invite ainsi à la réflexion quant au caractère inorganisé d'un cercle familial, exposant l'affrontement de ses personnages, en basculant subitement du chaud au froid.

Le réalisateur aime l'humour corrosif qu'il distille parmi les moments de joie ou de déprimes. Sur le papier, le film aurait pu être acide et divertissant, mais ce dernier s'avère vite lourd et plat. Le scénario du film tourne en rond, le spectateur se prenant de plein fouet un sentiment de lassitude de la vie, de crise de l'art de vivre, au profit d'un évitement à répétition. Peu à peu, les intrigues s'enlisent, ne trouvant pas de réponse.

Une question se pose cependant : est-ce que ce sont les véritables problèmes qui sont exposés à l'écran ? Le scénario semble s'embourber dans les choix de vie des personnages. Et même si on éprouvera un peu de compassion pour le personnage de Benjamin Biolay, en père en rupture conjugale, il n'en sera rien pour les autres. Pourtant le trio de frères s'affiche en belle distribution, qui peinera cependant à trouver ses repères et ses marques.

Côté filles, seule Agnès Jaoui réussira à étonner un peu, tant son rôle verse dans le personnage décalé et sans limite dans l'opulence. Une nouvelle fois, la chanteuse Elodie Frégé, découverte lors de la Star Academy, s'affiche au cinéma, mais dans une prestation moyenne pour son rôle de femme fragile en attente de son compagnon.

Pour conclure, le film « L art de la fugue » nous présente des personnages attachants qui n'arrivent pas à faire des choix, et restent dans une logique de « deux pas en avant deux en arrière ». On reste sur notre faim, le spectateur pouvant être dérouté par un certain manque de « perspectives ».

David BrejonEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire