Festival de Venise 2019 banniere

ANDRE VALENTE

Un film de Catarina Ruivo

Une structure originale mais laborieuse

Mon voisin d'en face sort tous les jours à la même heure en jogging et il parle une langue bizarre. On pourrait le suivre pour voir où il va...

Dans ce film produit par Paolo Branco, le réalisateur nous conte l’histoire d’un gamin, Andre Valente, qui accumule les malheurs et les galères, et qui pourtant, peine à nous émouvoir. Paradoxe de la narration, ce film très court (1h10 à peine) va finir par sembler long tant la continuité, le développement de son propos manque de structure et de rythme. Le film gagnerait en émotion et en qualité en développant son sujet plutôt qu’en proposant une successions de scènes et de personnages ici un peu « secs ».

On comprend très bien le propos du film, et finalement on a très envie de voir ce gamin vivre et parfois survivre dans un univers hostile, au milieu des galères de sa mère, de son voisin, du départ de sa petite fiancée ou encore de la violence de ses camarades. Pourtant ici, tout est dans le non dit, le spectateur doit essayer de comprendre ce qu’il se passe, de comprendre Andre par lui-même… et finalement s’ennuie devant un film qui en devient creux. On ne pourra donc au final que regretter cette structure originale mais laborieuse, tout en souhaitant bonne chance au petit Andre dans la suite de son existence…

Remy MargageEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire