Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

AMERICAN DREAMZ

Un film de Kim Ki-duk et Paul Weitz

Quand la Star Ac perd les pédales!

Même si son émission bat des records d'audience, le présentateur d'Américan Dreamz, veut réaliser un grand coup pour cette nouvelle saison en innovant aussi bien au niveau casting des concurrents que de celui du jury. Alors quand le conseiller principal d'un président fraîchement réélu et complétement dépressif, prend contact avec lui, la tentation est trop forte... Les candidats affluent et par un concours de circonstance, une bimbo pas si stupide, un apprenti terroriste à l'oreille musicale, et un jeune soldat blessé de guerre vont venir se croiser sur le plateau...

Le nouveau film du réalisateur d'américan pie est autant une parodie de ce genre d'émission (La nouvelle star) qu'un pamphlet sur la situattion politique des USA, en proie à une confusion grandissante entre politique et spectacle, les deux ayant finalement besoin l'un de l'autre. Cette confusion n'est pas l'apanage des états-unis, mais la façon dont les personnages sont décrits et joués, les rapprochent fortement de personnages existants voire "règnant" actuellement surt le monde libre.

Mais le réalisateur ne renie pas pour autant son style humoristique et décrit au long de la première partie du film des personnages parfois un peu caricaturaux, mais plein de ressources. De même, les situations mises en scène sont à la fois parodiques, irrévérencieuses et drôlissime, comme cet entrainement dans les camps en Afghanistan, filmé par d'autres terroristes, comme un documentaire de voyage.

Mais si la première partie du film est pleine de surprises, la seconde, quand le jeu télévisé commence réellement, s'avère plus légère et donc moins explosive, et perd donc en aspect corrosif, là ou elle gagne en réalisme. Tous les personnages sont très bien interprétés, avec une mention spéciale à Dennis Quaid qui parodie parfaitement un président américain inculte et gaffeur!

En fin de compte, un bon film dont l'idée de départ procure au moins une première partie mordante.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire