Parce qu'on en a jamais assez !

LES AMATEURS

Un film de Martin Valente

Une comédie pas drôle du tout. Navrant

A 25 ans, Christophe (Lorànt Deutsch) et Jipé (Jalil Lespert) habitent la cité et partagent leurs journées entre petits boulots, galères et rêves d'amour (et de sexe). Mais voilà que leur passionnant quotidien est bouleversé par l'arrivée de deux belles donzelles, Maya (Sara Martins), dont Jipé tombe immédiatement amoureux, et Malika (Barbara Cabrita), qui ne laisse pas Christophe indifférent. Seul petit problème : Malika est la sœur de Jipé (aïe aïe aïe) et Maya la cousine de Christophe (ouille ouille ouille). Et la famille, c'est sacré. Pour séduire le cœur des belles, nos deux héros vont devoir montrer qui ont de l'argent, de l'esprit, et du goût. C'est pas gagné…

Pour son premier film, Martin Valente n'a pas voulu mettre la barre trop haut. En choisissant la quête de l'amour comme thème principal, il pensait sans doute s'assurer une base stable et solide. Raté. A l'heure de la mise à jour de la condition des femmes dans les cités et des associations comme " Ni putes, ni soumises ", le film aurait sans doute rapidement montré son intérêt, s'il en avait eu un. Le réalisateur joue sur les stéréotypes (les jeunes de banlieue n'ont aucune culture), les idées reçues (le théâtre n'est accessible qu'à une élite) et s'entiche d'un style comique qui ne vole pas bien haut (on notera notamment le coup de pied dans le chat, du (déjà) re-vu).

Le résultat est d'autant plus navrant qu'il s'agit là d'une suite illogique de gags imbéciles, de dialogues mal ficelés, de personnages inintéressants. Bien sûr on sourira devant certains sketches, mais l'accumulation tend vite à montrer combien le scénario est creux et inexistant. Seul Jalil Lespert réussit à tirer son épingle du jeu. Déjà remarqué dans " Ressources Humaines " de Laurent Cantet (pour lequel il avait reçu le César du Meilleur Espoir Masculin en 1999), le jeune homme trouve ici rapidement ses marques et donne force et authenticité à son rôle de baroudeur.

Anthony REVOIREnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire