Parce qu'on en a jamais assez !

LES ADOPTÉS

Un film de Mélanie Laurent

Quand une actrice illumine un scénario qui sombre...

Lisa et Marine sont inséparables. Quand Alex et Marine tombent amoureux, le lien éclate entre elles. Le destin les rapprochera, les séparera, mais pas comme elles l'auraient imaginé...

Mélanie Laurent a un parcours de rêve. Repérée par Gérard Depardieu alors qu'elle visitait le tournage du premier Astérix, elle est est révélée par « Je vais bien ne t'en fais pas » en 2006 dont elle ressort le césar du meilleur espoir féminin en main. Depuis, elle a tourné des courts métrages, sorti un album, tourné sous la direction de Tarantino et été maîtresse de cérémonie du festival de Cannes en 2011. Il ne lui restait plus qu'à réaliser son premier long. C'est aujourd'hui chose faite avec « Les adoptés ».

On savait donc Mélanie Laurent bonne actrice. Qu'en est-il de Mélanie Laurent réalisatrice? Forte de son expérience passée à régulièrement côtoyer les grands du monde du cinéma, il faut reconnaître que l'étoile montante du cinéma français en a pris de la graine. Images chamarrées, montage envoûtant qui n'est pas sans rappeler Wong Kar Wai, mise en scène solide d'un trio de comédiens investis, tout est là pour donner à l'ensemble une certaine cohérence formelle. La jeune cinéaste parvient à créer son univers poétique et envoûtant, et l'assume jusqu'au bout des ongles.

Qu'en est-il maintenant de Mélanie Laurent scénariste ? Et bien voilà, c'est là que la magie s'arrête. L'histoire d'amour qui nous est racontée n'est certes pas originale. Séduction, passion, dispute, déclaration, pardon etc... on connaît la formule. Mais on ne se lasse jamais d'une belle histoire d'amour sur grand écran : des décennies de chefs d'œuvre l'ont prouvé. Ce qu'on demande juste, c'est de pouvoir y croire. Voilà précisément où réside le problème, dans une série de dialogues qui va mettre en péril nombre de scènes de ce premier film pourtant prometteur. Et quelle désillusion que de sentir trop clairement l'intention du scénariste alors qu'on devrait juste rentrer dans l'histoire sans se poser de question... Ainsi la mise en image sensuelle du récit est constamment inhibée par la volonté castratrice de convaincre le public.

Et pourtant... quelque chose dans ce film permettra sûrement à la plus grande partie des spectateurs de passer outre des défauts pourtant criants et d'encenser cette première œuvre. Il s'agit de Mélanie Laurent elle-même ! Qu'on l'aime ou qu'on la déteste, l'actrice au joli minois (joli minois qui joue sur l'appréciation, on ne va pas se le cacher) dégage un talent indéniable qui sera une évidence pour certains, une insolence pour d'autres. Toujours est-il que cette actrice sauve un film qui aurait pu couler à pic à cause de sa scénariste mais qui, grâce à sa réalisatrice, permet de dégager une radieuse mais fébrile lumière en surface. Cherchez l'erreur...

Rémi GeoffroyEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire