Banniere-Berlinale-2019

8 MILE

Un film de Curtis Hanson

La version rap de 'flash-dance'

Jimmy Smith jr (Eminem) partage sa vie d'ado entre la banlieue blanche où il vit dans la caravane de sa mère (Kim Basinger) et la banlieue noire où il tente de se faire accepter lors de tournois de Rap…

Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas vu de film musical où un ou une jeune affirmait sa personnalité et ses ambitions, au travers de sa passion. Après 'Flash-dance', 'Dirty Dancing', ou encore 'Billy Elliot', voici venu 8 Mile. La mode étant au rap, il n'est pas étonnant que l'ambition de nombre de jeunes soit de réussir dans cette voie. Mais heureusement, c'est Curtis Hanson, metteur en scène de 'L.A. Confidential' qui tient la barre et donne au film d'autres dimensions, culturelles et dramatique, qui en font une œuvre un peu au dessus de la moyenne.

Le plus surprenant est l'interprétation sans faute d'un Eminem plus sage qu'à l'habitude, qui ne règle qu'en partie ses comptes, notamment avec sa mère, puisque le film s'arrête à un moment assez inattendu. Pas de petite sœur décédée ou de mère alcoolique comme dans ses chansons, juste des gens en proie à leurs propres démons, et ambitions, au milieu desquels le rappeur provocateur fait figure de bon samaritain. Une réussite ethnique et positive qui se regarde sans trop réfléchir et laisse presque sur sa faim côté drame.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire