Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

13 ASSASSINS

Un film de Takashi Miike

Pale riders

En pleine époque Shoguns, un seigneur abuse de son autorité et de sa force pour contraindre le peuple à assouvir ses envies. 13 hommes se réunissent pour former un groupe de 13 assassins, afin de mettre un terme aux méfaits du seigneur des terres. C'est ainsi que ces hommes, emplis d'abnégation, se préparent à livrer une bataille de 1 pour 1000, au nom de la justice et de la liberté...

Sortie en DVD et Blu-ray le 20 mars 2012

« 13 Assassins » est un classique du genre, tel un bon vieux western made in US. Soyons directs, Takashi Miike nous délivre ici une belle œuvre, avec un décor particulièrement soigné et une mise en scène aussi léchée qu’une peinture de Véronèse. D’une esthétique variant entre les noirs et les gris très sombres, presque perdus dans le brouillard, tout y est calibré pour vous subjuguer, jusqu’à la musique, parfaitement en accord avec cette ambiance.

« 13 assassins » (Juusan-nin no shikaku) est un remake du film du même nom de 1963 réalisé par Eiichi Kudō. Aussi, très rapidement, on peut le rapprocher également d’un « Les 7 samouraïs » (« Samurai Seven ») d'Akira Kurosawa qui compte d’ailleurs lui-même un grand nombre de remakes. Alors « 13 Assassins » n’est pas un remake au sens strict, mais à mon sens il s’inspire grandement de l'original : de jeunes et vieux samouraïs, d’horizons divers, se réunissent pour aller combattre l’oppression et l’injustice, et livrer une dernière grande bataille.

Si la réalisation de Takashi Miike est franchement grandiose, surclassant ainsi un grands nombres des réalisations de ses confrères, cette dernière manque cruellement d’attaches au niveau des personnages : pas de tempéraments trempés, marquants et touchants. Que des “soldats“ dévoués presque “robotiquement“ à leur cause. Clairement, on regrette l’absence de personnages façon « samurai 7 » : à part un vagabond, un non-samouraï, un jeunot et un leader, les autres sont tous semblables et insipides. Du coup on ne s’attache pas à eux et on s’embête par moment.

Monsieur Miike est un grand, c’est incontestable, tant par le nombre de films à son actif, que par leur variété et sa culture. « 13 Assassin » ne vient pas ternir son palmarès – loin de là - et malgré quelques longueurs, qui ne sont pas contrebalancées par un intérêt particulier du spectateur pour tel ou tel personnage, il n’en reste pas moins un petit chef d’œuvre où la scène finale – épique - restera clairement dans l’histoire du cinéma.

Jean-Philippe MartinEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire