Banniere_Festival_Lumiere_2020

10 JOURS SANS MAMAN

Un film de Ludovic Bernard

Vis ma vie de mère au foyer

Antoine est un père de famille qui a tout pour être heureux : son épouse s’occupe du foyer comme personne, ses enfants, certes chamailleurs, travaillent bien à l’école, ses amis le trouvent drôle, son patron le verrait bien devenir directeur à sa place… Mais sa femme, elle, se sent dévalorisée et décide du jour au lendemain de prendre une semaine de vacances avec sa meilleure amie, laissant Antoine devoir tout gérer à la maison…

10 jours sans maman film image

Vous aimez les films avec Franck Dubosc ? Vous aimez les comédies françaises qui passent le dimanche soir sur TF1 et W9 ? "10 jours sans maman" est fait pour vous ! Ceux qui recherchent des films engagés mais gentillets, des p’tites comédies franchouillardes sans être lourdingues, vous pourriez y trouver votre bonheur ! Ce premier long métrage de Ludovic Bernard semblerait à classer dans la rubrique des films-surprises, de ceux qui partaient avec une liste de poids morts qui ne donnaient pas forcément envie de se précipiter au cinéma. Finalement, sans être la comédie de l’année, loin de là, on en ressort pataud mais pas K.O. Les ados auront même ri, contrairement aux adultes qui auront davantage souri. Dubosc fait du Dubosc, et en gros il peut vite devenir assez insupportable. Les enfants sont comme il se doit des petits chieurs agaçants mais finalement assez convaincants. Les situations s’enchaînent sans gros temps mort autour d’un père-DRH qui pense plus à gérer le personnel de son entreprise de bricolage qu’à se soucier de ceux qui vivent sous son toit, c’est à dire de sa propre femme à ses quatre enfants en passant par l’aide ménagère. Quand Dubosc devra remplacer maman qui part en vacances avec une copine, c’est tout son quotidien qui se voit bouleversé et sa vision du rôle de père remise en question, après l’avoir égarée sur le chemin de la vie…

"10 jours sans maman" se positionne donc en un petit film militant, sorte de comédie qui veut remettre les pendules à l’heure sur le rôle du père et de la mère dans le couple, dans la famille et dans la société plus généralement. Sauf que les messages du film, « oui les femmes ont le droit de prendre des vacances », « oui les femmes peuvent avoir un travail », « oui le père doit pouvoir garder ses mômes », « oui le père doit équilibrer vie familiale et carrière professionnelle », sont relativement bateau et on en vient à se dire, finalement, que le propos du film est assez arriéré. Il aurait été vu comme révolutionnaire dans les années 1970. Aujourd’hui, "10 jours sans maman" passe plutôt pour une comédie « softement » engagée. On ne sort pas de la projection avec l’envie furieuse de changer le monde ! Juste le désir de renouer avec ses proches et de mieux les comprendre. Ce qui n’est déjà pas si mal !

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

COMMENTAIRES

richard

mercredi 3 juin - 4h55

c est bien mais on ne peut pas voir la film en entier

memo

dimanche 26 avril - 11h37

Un nanar qui sombrera vite dans l'oubli.

Laisser un commentaire