Banniere_Festival_Lumiere_2020

10 ème CHAMBRE, INSTANTS D'AUDIENCE

Un film de Raymond Depardon
Avec

Un regard édifiant sur la justice et les comportements en société

L'audition de douze personnes, par la Chambre correctionnelle de Paris, convoquées pour conduite en état d'ivresse ou pour vol, ou présentés en comparution immédiate…

Raymond Depardon, dix ans après son Délits Flagrants, a obtenu l'autorisation exceptionnelle de filmer les audiences de la dixième chambre correctionnelle de Paris. Nous présentant sans fioritures ni explications ou éclairages complémentaires, les cas d'une douzaine de personnes, il donne à voir et à s'interroger sur le fonctionnement de la ‘petite' justice française. Se cas sont des plus anonymes, du détenteur d'un canif à la dame conduisant en état d'ivresse, au voleur à la tire. Et tous sont des personnages à part entière, même si le réalisateur se concentre principalement, en plan fixe, sur les paroles et les réactions de la juge, du procureur de la république ou des avocats de accusés.

Les impatiences, les fous rires rentrés, sont à peine perceptibles sur le visage de cette femme de loi, qui, on le comprend assez vite, en a vu des vertes et des pas mûres, au fil des audiences. Le florilège de cas présenté ici, donne une idée de la routine, et des monceaux d'incompréhension, souvent en jeu entre justice et accusés. Qu'ils se défendent avec une honnête conviction, une inconscience affichée, ou sur la base de mensonges à répétition, les fonctionnements de la justice apparaissent face à eux, tantôt justes, tantôt implacables et froid, ou encore retords. Car chacun semble jouer ses cartes, sans forcément trop connaître les conséquences possibles de procédures particulières telles la comparution immédiate.

Ce documentaire remarquable, à la fois tellement drôle et pathétique, a le mérite, à l'image d'un rappel de feu service militaire, de rappeler qu'il existe en ce pays nombre de disparités sociales, culturelles et éducatives. Des choses qui paraîtront ainsi évidentes au spectateur, tel l'évitement des comportements d'auto défense, de rejet de la faute sur l'autre, ou de mise en accusation du système, provoqueront ainsi une hilarité presque mal placée. Car qui peut dire comment l'individu lambda peut réagir lorsqu'il est mis face à la machine judiciaire. Ce documentaire esquisse une tentative de réponse.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire