Banniere-Berlinale-2019

STYX

Un film de Wolfgang Fischer

Un voyage intense au cœur d'un océan surpeuplé

Rike, quarante ans, médecin urgentiste, part en solitaire depuis Gibraltar pour rejoindre l’île de l’Ascension, au nord de Saint Hélène. Mais après avoir essuyé un gros grain, elle découvre au niveau du Cap Vert, une embarcation à la dérive…

Styx film image

Ce n’est pas un hasard si ce film démarre à Gibraltar, ville à la pointe d’un détroit qui sépare l’Europe de l’Afrique, les pays du nord plutôt aisés de ceux où l’on vit dans la misère, l’endroit où on a tout (la femme qui embarque a méticuleusement tout prévu, provisions et autres…) et ceux où on a faim. Centré moins sur le sort de migrants entassés sur des embarcations de fortune, que sur l’attitude de ceux qui observent ce phénomène, ce périple compare habilement l’effort physique individuel et celui, collectif qui devrait se faire sans hésiter, mais qui se heurte à des règles au mépris du respect de l’humain.

Histoire d'une femme partant en solitaire depuis Gibraltar sur un voilier, direction l’île de l’Ascension, et croisant, un peu au Nord du Cap Vert, une embarcation débordant de migrants, "Styx" pose une question simple : celle de l'action ou de l'inaction face à des êtres humains en danger. Film allemand récompensé au Festival de Berlin 2018 par pas moins de 3 prix (prix du jury œcuménique de la section panorama, Label Europa Cinema et prix Heiner Caro), auxquels on peut ajouter une deuxième place du prix du public, le film représente comme son titre l’indique une traversée vers les enfers.

Plaçant son action du côté unique de cette femme, nous immergeant avec elle au cœur d'une tempête, puis aux abords d’un naufrage annoncé, le film montre l'instinct de survie et l'endurance physique comme l'épuisement, offrant ainsi une parabole sur le comportement même des migrants. Tenant en grande partie ceux-ci à l’écart, à l’image de ce que ces flux représentent pour les populations européennes (une vague idée lointaine, plus une silhouette que des visages…), il se concentre sur les tractations ayant lieu autour d’un sauvetage potentiel, comme pour parodier les pourparler entre nations européennes sur le sujet. Intelligemment construite et engagée, cette œuvre poignante marquera sans doute plus d’un esprit.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire