Parce qu'on en a jamais assez !

DREDD

Un film de Pete Travis

La loi, c'est lui !

Dans un futur proche, les États-Unis ne sont plus qu’un vaste désert couvert de radiations. Pour enrayer un taux de criminalité qui ne cesse d’augmenter, il ne reste plus qu’une seule forme d’autorité : les Juges, une police urbaine qui cumule les fonctions de policier, de juge et de bourreau. Ma-Ma, ancienne prostituée devenue baronne de la drogue, est à l’origine d’une nouvelle drogue, la Slo-Mo, qui permet de percevoir la réalité au ralenti. C’est au juge Dredd d’enrayer cet horrible trafic en s’attaquant directement à la source du problème…

Sortie en DVD et Blu-ray le 11 février 2013

Oubliée la version de 1995 réalisée par Danny Cannon, dans laquelle le comic book original de John Wagner et Carlos Ezquerra passait à la broyeuse hollywoodienne ! L’heure est ici au ravalement de façade hardcore, à l’actionner brut de décoffrage qui envoie du lourd, à l’ultraviolence libératrice et à une exigence de conception largement plus affirmée. C’est tout ce que l’on espérait, surtout après la lourde erreur de "Judge Dredd" à rester centré sur l’aura de son acteur principal Sylvester Stallone et trahir l’essence même de l’œuvre originelle. Comme le faisait remarquer John Wagner dans une interview, adapter un tel comic book à l’écran impliquait de se concentrer sur un élément précis, à savoir le personnage de Dredd, son travail de juge et son interaction avec le reste de l’univers. Il est heureux de constater que ce fut l’épicentre du scénario concocté par le réalisateur Pete Travis (à qui l’on devait déjà "Angles d’attaque") et le scénariste Alex Garland (connu pour son travail sur "La Plage" ou "Sunshine") : concevoir un actionner survolté qui fait abstraction de toute substance superflue à la narration, qui privilégie la lisibilité absolue d’une intrigue linéaire de A à Z, qui bannit tout second degré et qui aborde son propos au travers d’un découpage d’action burnée jusqu’à la moelle.

Sur la base du reboot radical d’un comic-book déjà trahi au détour d’une adaptation consensuelle en provenance d’Hollywood, l’approche est ici assez similaire à celle du récent "Punisher : War Zone". Ce que l’on retient du film est avant tout sa violence, démultipliée dans chaque coin du cadre, où la chair humaine se voit déchiquetée, les corps meurtris ou torturés, et les morceaux de cervelle gicler sur les murs (fans d’action gore, préparez-vous à jouir !). Mais au travers d’une mise en scène éminemment sensorielle qui privilégie parfois un filmage psychédélique à la Danny Boyle, notamment au travers d’une des plus belles utilisations du slow-motion jamais vues au cinéma, ce nouveau "Dredd" réussit à déployer un éventail d’idées graphiques, souvent bien barrées mais toujours intéressantes dans l’élaboration d’un univers post-apocalyptique. La galerie de personnages va même dans ce sens, du mutant doté de pouvoirs psychiques aux bad guys lookés comme dans une BD trash pour adultes. À noter, par ailleurs, que le personnage de Dredd reste enfin fidèle à sa règle de base : ne jamais enlever son casque. Et même si l’on sait déjà quel acteur se cache derrière, force est de constater que l’inattendu Karl Urban y apporte une voix très grave, une froideur brutale et une colère intérieure tout à fait en adéquation avec le personnage.

Reste le scénario, certes non éloigné d’un concept de jeu vidéo dans son intrigue, mais qui souffre d’un souci difficile à esquiver : débarquer en DVD peu de temps après l’uppercut "The Raid" dont il partage hélas la même structure narrative (un immeuble verrouillé de toutes parts où des forces de l’ordre se confrontent à de violents truands). Rien de bien gênant, cependant, puisque cela relève avant tout de la coïncidence du planning des sorties salles et vidéo. En l’état, le résultat ne peut que réjouir les sens et impressionner par le relief de sa mise en scène, d’autant plus lorsque l’on sait que le résultat souffrait de rumeurs assez négatives (mais finalement invalidées) concernant le limogeage de Pete Travis lors de la postproduction. Bref, "Dredd", c’est cool, c’est bourrin, c’est violent, c’est gore, ça envoie du lourd et ça défouraille sec ! Tout ce que l’on aime !

Guillaume GasEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire