Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

CHICAS

Un film de Yasmina Reza

Femmes au bord de la crise de nerfs

Pilar, une immigrée espagnole, veuve et mère de trois grandes filles, organise un repas pour leur présenter son nouveau fiancé, Fernand. L’occasion pour elles de se décharger de leurs tensions, non-dits et autres rancœurs, dont seules les histoires familiales ont le secret...

« Chicas » n’est pas l’adaptation mais le prolongement de la pièce de théâtre «Une Pièce espagnole ». Yasmina Reza l’avait construite sur le système des poupées russes : c’est l’histoire d’acteurs français qui répètent une pièce espagnole dont elle avait écrit des bouts en inventant même le nom de l’auteur. Elle adorait les personnages et avait toujours pensé leur donner un jour une vraie dimension en écrivant la pièce entièrement.

Pilar en est le centre, le pilier de l’histoire. Elle et son fiancé roucoulent des jours heureux jusqu’à ce que ses filles pimentent de leurs agacements cette fabuleuse histoire. Ces trois dernières, bien que complices, vivent aux antipodes les unes des autres. La première est une star du cinéma international, entourée et pourtant bien seule malgré son idylle avec le sex-symbol américain du moment. La deuxième fait le même métier au théâtre, sans connaître le même succès, est mariée et visiblement pas extrêmement épanouie. Quant à la dernière, absente de la réunion de famille, elle est une femme au foyer pas vraiment comblée, énamourée d’un amant qui ne veut pas de l’enfant qu’elle porte.

« Chicas », comme son nom l’indique est le film d’une femme, sur la féminité et les femmes. Les femmes d’une même famille, qui sont tour à tour, confidentes, complices, rivales. Le père n’est plus et ce depuis longtemps. Et on fait bien comprendre à Fernand qu’on ne lui laissera jamais reprendre le rôle. Le sujet pourrait être bien vu si le scénario ne tombait pas constamment dans les clichés. Pour un premier passage du théâtre au cinéma, Yasmina Reza nous offre une distribution de rêve, entre les pointures qu’on connaît du grand écran et de grandes comédiennes de théâtre, et pourtant l’alchimie ne se fait pas. C’est une histoire qui pourrait sembler familière pour beaucoup d’entre nous, et pourtant il n’y a pas un seul personnage qui sonne juste, ou de qui on peut se sentir proche, à tel point qu’on en vient à se passionner, résigné, pour la beauté des décors, ou la qualité des costumes.

Pascaline CharrinEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire