NEWS

Festival

FESTIVAL LUMIERE 2014 : Toutes les bonnes choses ont une fin

20 octobre 2014

Il fallait bien que cela arrive, ça y est, ce dimanche 19 octobre marque la fin des festivités cinématographiques lyonnaises. Mais la journée fut une fois de plus riche en séances dans les salles du Grand Lyon qui ont offert au public des projections jusque dans la soirée, bien après la cérémonie de clôture et le départ de Pedro Almodovar. Car l'élément phare de cette dernière journée était bel et bien cet évènement tenu dans une Halle Tony Garnier pleine à craquer.

On a senti un vent de mélancolie dans la salle centenaire lorsque Thierry Frémaux a pris la parole pour la dernière fois de cette édition 2014. Les personnalités étaient moins nombreuses que les jours précédents mais l'enthousiasme des festivaliers est resté inchangé. Les personnes de l'audience ont tout de même pu compter sur la présence de Costa-Gavras et de Marisa Paredes. Ainsi que sur celle de Gerard Collomb, qui a annoncé après un bref discours de remerciement, que l'aventure Lumière continuerait l'année prochaine dans le Grand Lyon. Puis, est venu le moment de l'ultime prise de parole du lauréat de cette année, Pedro Almodovar. Le maitre espagnol a exprimé une fois de plus l'honneur qu'il ressentait en recevant ce prix Lumière allant même jusqu'à affirmer que ce qu'il a vécu à Lyon dépassait "de loin ses rêves les plus fous qu'ils pouvaient avoir depuis maintenant trente ans". Et enfin, il parla du film projeté après la cérémonie : "Tout sur ma mère". Pour lui, cette production marque "un véritable tournant dans (sa) vie artistique. Ce film marque (sa) maturité dans la réalisation". En effet, d'après lui, il y a un avant et un après "Tout sur ma mère". Son esthétisme ayant changé durant cette période. Mais le dernier mot fut réservé à son actrice Marisa Paredes qui cita la réplique de fin du film : "J'ai toujours eu confiance dans la bonté des inconnus".

Ce dimanche, plusieurs autres séances eurent lieu dans les différentes salles du Grand Lyon pour offrir aux festivaliers et aux cinéphiles de quoi satisfaire leur envie de cinéma jusqu'au dernier moment. Dans ce cadre fut projeté "Ben-Hur" au Pathé Vaise s'inscrivant dans le cycle Grandes Projections, même si grandiose serait peut être plus approprié pour le film de William Wyler prenant Charlton Heston comme acteur principal. La grande épopée fut projetée en deux parties avec un entracte entre les deux, comme on pouvait le faire dans le passé. En somme, un bel hommage aux films épiques de l'époque.

Enfin, parmi les séances matinales proposées au public ce dimanche 19 octobre, le dernier ciné-concert de cette édition 2014 se tenait à l'Auditorium à 11h. Là encore, Friedrich Wilhelm Murnau était mis à l'honneur avec la diffusion de son film "Le Dernier des Hommes". Mais cette fois-ci pas d'Orchestre National de Lyon, non, pour cette projection un seul musicien était sur scène : l'organiste David Cassan. Ce dernier assurait donc à lui seul l'ambiance musicale du chef d'œuvre muet de l'Allemand et le tout en improvisation ! Le public a donc pu apprécier l'entièreté de son talent, rendant encore plus vivante l'histoire contée par Murnau. Le film, quant à lui, à démontré une fois de plus que le cinéma non sonore à beaucoup à nous apprendre. En effet, les plans sont d'un modernisme affolant faisant relativiser la ferveur que l'on peut avoir désormais sur des scènes composées entièrement via un ordinateur...

Quentin Chirol Envoyer un message au rédacteur