Parce qu'on en a jamais assez !

NEWS

Festival

Festival de Venise 2019 : "The painted Bird", film tchèque aussi violent qu'esthétiquement superbe

4 septembre 2019
Festival de Venise 2019 impression The painted bird image
© Droits réservés, fourni par la Biennale de Venise

Compétition
THE PAINTED BIRD
(Nabarvené ptáče)
de Václav Marhoul
avec Petr Kotlár, Udo Kier, Lech Dyblik, Jitka Čvančarová, Stellan Skarsgård, Harvey Keitel, Julian Sands, Barry Pepper, Aleksey Kravchenko...

Avec ses plans magnifiques en noir et blanc et sa violente omniprésente, le film tchèque "The Painted Bird" fut hier un véritable choc sensoriel. Suivant les pas d’un enfant laissé par ses parents chez sa grand mère, considéré par les gitans du coin comme portant malheur, c’est au rejet général de ce gamin solitaire que l’on assistera. Plantant d’emblée le décors, entre misère et violence quotidienne, la peinture de l’humanité est ici bien peu reluisante, évoquant les pires instincts de l’homme avec en fond le conflit mondial du milieu du XXe siècle.

Chapitré selon les noms des personnes que va rencontrer l’enfant au fil d’un périple en forme de fuite perpétuelle (après la disparition précipitée de sa grand mère), le scénario déterre les racines d’une haine de l’autre et d’un antisémitisme omniprésents, pauvreté, guerre et superstition ne faisant qu’amplifier le rejet des plus fragiles. Ponctuant son récit d’éclairs de violence rappelant le personnage à la dure réalité de l’époque, Václav Marhoul réussit à la fois une œuvre poignante et esthétiquement somptueuse.

Voir la bande annonce de « The painted Bird » (vonst) :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :