Parce qu'on en a jamais assez !

NEWS

Festival

Festival de Venise 2019 : "Sanctorum", cri de détresse des paysans du sud du Mexique

7 septembre 2019
Festival de Venise 2019 impression Sanctorum image
© Fournie par la biennale de Venise

Semaine de la critique
SANCTORUM
de Joshua Gil
avec Erwin Antonio Pérez Jiménez, Nereyda Pérez Vásquez, Virgen Vázquez Torres, Javier Bautista González...

Film de clôture de la Semaine de la critique, "Sanctorum" nous plonge dans une forêt du sud du Mexique, dans des villages reculés où se parle une des langues mixé-zoquéennes, auprès d’agriculteurs pris en étau entre trafiquants de drogue pour lesquels ils sont réduits à cueillir du cannabis, et un État qui voudrait bien les voir quitter leurs terres. Installant rapidement une atmosphère étrange et mystérieuse, Joshua Gil fait entendre les bruits sombres qui proviennent de la forêt, synonymes d’une menace imminente pour tous ceux qui fréquentent les lieux.

Prenant son temps pour nous présenter l’état de dénuement des populations, souligner la corruption et interroger sur l’utilité des militaires, il suggère aussi à distance, avec un très beau plan fixe, un glaçant massacre, dont les conséquences convoqueront le fantastique. Image soignée, travail énorme sur le son ambiant, effets spéciaux parcimonieux et élégants, "Sanctorum" nous emmène aux confins de la forêt, là où les croyances païennes portent l’espoir d’un changement salvateur.

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :