Parce qu'on en a jamais assez !

NEWS

Festival

Festival de Venise 2019 : "Martin Eden", laborieuse adaptation, portrait d’un poète aux amours contrariés

4 septembre 2019
Festival de Venise 2019 impression Martin Eden image
© Droits réservés, fournie par la Biennale de Venise

Compétition
MARTIN EDEN
de Pietro Marcello
avec Luca Marinelli, Carlo Cecchi, Jessica Cressy, Vincenzo Nemolato, Marco Leonardi, Denise Sardisco, Carmen Pommella...

Le second film italien de la compétition est une adaptation du roman de Jack London (1909) relatant les années de galère de Martin Eden, marin sans le sou, tombé amoureux d’une fille de bonne famille (les Orsini), et désireux de devenir écrivain, malgré son manque d’éducation et de culture. Ne saisissant la pauvreté de toute une partie de la population que par images d’archives ou séquences colorisées, Pietro Marcello s’en éloigne globalement pour montrer les frictions entre cet ouvrier et la haute société, qui n’a pour lui que regards méfiants et mépris.

Porté par un acteur plutôt convaincant dans la première partie (Luca Marinelli, que beaucoup voient ici en prix d’interprétation), le film pâtit ensuite d’un certain cabotinage de sa part, alors que la chance tourne enfin pour le personnage et qu’il se montre plus à l’aise en société. Il souffre également du choix anachronique des chansons, comme des principes de mise en scène, transposant l’aspect « film de famille » de certains flashs-back à certaines séquences de l’histoire principale. Au final, "Martin Eden" ressemble à un biopic laborieux, plus soucieux de faire le portrait d’une ascension sociale contrariée, qu’une peinture du contexte de toute une époque.

Voir la bande annonce de « Martin Eden » :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :