NEWS

Festival

Festival de Venise 2018 : "Charlie says" passionnante approche du manipulateur Charles Manson au travers de 3 de ses ouailles

3 septembre 2018

Horizons - Orrizonti
CHARLIE SAYS
de Mary Harron
avec Matt Smith, Hannah Murray, Marianne Rendón, Sosie Bacon, Merritt Wever, Suki Waterhouse, Chace Crawford, Annabeth Gish...

En faisant le choix d'alterner les scènes d'entretien avec une éducatrice en prison et les souvenirs de leur vie commune avec Charles Manson, la réalisatrice Mary Harron parvient non seulement à analyser leur dépendance mais aussi à dresser le portrait du manipulateur lui-même. Au fil des scènes, son scénario met à mal l'image idyllique du camp hippie, dévoilant les techniques de formatage (alternance d'humiliation et de joie, d'autorité et de récompense...), la domination machiste exercée sur la femme, l'utilisation du sexe comme facteur de pouvoir.

Assez passionnant sur le fond, le film doit beaucoup à son casting, avant tout féminin, avec notamment Hannah Murray interprète de la nouvelle venue (Leslie alias Lulu, vue dans "Games of thrones") et Merritt Wever dans le rôle de éducatrice. Comme cette dernière, le spectateur se retrouve en position d'observateur, d'abord interrogatif, puis incrédule, avant d'être tout bonnement effaré, face au fonctionnement du groupe et à ses agissements. Quant à la figure de Charles Manson elle-même, le choix de Matt Smith (l'un des "Doctor Who"), son mélange de visage charmeur, de belles paroles et de regard habité donne au personnage toute l'ambiguïté qui lui est nécessaire.

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur