Banniere_TOP 2020

NEWS

Festival

Festival de Rotterdam 2021 : le nouveau Benoît Jacquot et d'autres films français

16 janvier 2021
Festival international du film de Rotterdam 2021 illustration
© IFFR 2021

Le Festival de Rotterdam précédera comme chaque année de peu celui de Berlin. Comme ce dernier, l'édition 2021 sera particulière, puisque scindée en deux, avec un événement en ligne du 1er au 7 février, puis un événement public sur place début juin, du 2 au 6. En espérant que d'ici là, les mesures sanitaires seront fortement allégées et auront permis la réouverture des cinémas.

"I Comete" (traduit par "A Corsican Summer") de Pascal Tagnati, narrant des grandes vacances où les citadins retrouvent ceux qui n'ont jamais quitté le village, représentera la France dans la compétition pour le Tigre d'or, qui regroupera 16 films. La compétition Grand Écran réunira elle 15 films, avec pour la France "Les Sorcières de l'Orient" de Julien Faraut, documentaires sur des joueuses japonaises de volley-ball surnommées ainsi, ayant gagné aux Jeux olympiques de Tokyo en 1964.

Enfin côté films avant-premières, la section Limelight proposera notamment de découvrir le nouveau Benoît Jacquot "Suzanna Andler", inédit en France, adaptation de Marguerite Duras, sur la première liaison avec un homme plus jeune, d'une quarantenaire mariée. Les Français ne seront pas en reste, puisqu'on y verra aussi le très drôle et zarbi "Mandibules" de Quentin Dupieux, et "La nuit des rois" de Philippe Lacôte, découvert à Venise. D'autres films de festivals récents figureront également parmi les présentation, comme "Quo vadis, Aida ?" de Jasmila Žbanić (gagnant Les Arcs 2020), "Au commencement" de Dea Kulumbegashvili (gagnant de San Sebastian 2020), ou encore les remarqués "Sweat" (Cannes 2020), "Septet : The Story of Hong Kong" (Cannes et Lumière 2020), "First Cow" de Kelly Reichardt (Berlin et Deauville 2020), ou encore "Dear Comrades !" de Andrei Konchalovsky (Venise 2020). Sans oublier le film d'ouverture, "Riders of Justice" du danois Anders Thomas Jensen.

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source : IFFR 2021