Parce qu'on en a jamais assez !

NEWS

Festival

Festival de Gérardmer 2012 : Jour 3 – Pour le pire et pour le meilleur, de Hell au coup de cœur Eva

28 janvier 2012

Vendredi 27 janvier 2012

HELL
(Compétition)
Post-apocalyptique germanique

Avec un titre passe partout et donc pas du tout représentatif du spectacle projeté, « Hell » tente une incursion sur le domaine, jamais assez présent sur les écrans, bien qu’offrant de nombreuses possibilités scénaristiques : le post apocalyptique. Le résultat n’est pas à rejeter. Bien porté par des acteurs impliqués, c’est la réalisation rarement inspirée et n’affirmant jamais une identité neuve (c’est le « La Route » du pauvre) qui nous donne envie de passer notre chemin. De bonnes intentions ne feront jamais un bon film.

Lire la critique de "Hell" par François Rey

CORMAN’S WORLD
(hors compétition)
Le bon vieux temps

Déjà présenté à Cannes (dans une version plus longue de 40 minutes) et au dernier Festival Lumière, ce documentaire retrace avec émotions la carrière de Roger Corman, l’un des hommes ayant eu une grande influence sur le cinéma hollywoodien tel qu’on le connaît de nos jours.

Lire la critique de « Corman's world » par François Rey

NORWEGIAN NINJA
(hors compétition)
L’instant norvégien

Ovni de la compétition, « Norwegian Ninja » est une histoire complètement déconstruite, faisant se succéder sketchs et scénettes tantôt drôles, tantôt aberrants. Ce « What-the-fuck » en puissance inspiré d’une histoire vraie (le procès d’un diplomate ayant soit disant collaboré avec le bloc soviétique) est un détournement loufoque (de véritables images d’archives sont utilisées) mais maladroit auquel les non norvégiens resteront, pour la plupart, complètement hermétiques. Dommage.

EVA
(Compétition)
Intelligence Artificielle

Un créateur de robots (Daniel Brühl) prend pour modèle sa nièce afin de créer un androïde d’enfant unique. Sur un postulat d’anticipation, Kike Maillo brode un scénario poétique et émouvant. Une belle réflexion sur l’éthique et les regrets, pour un spectacle ambitieux et volontiers grand public. Le coup de cœur du festival.

Lire la critique de « Eva » par Olivier Bachelard

EMERGO
(hors compétition)
Activités paranormales

Et hop, encore un film en caméra subjective ! Ni fait, ni à faire, une histoire de possession classique, pleine de clichés affligeants et de personnages inintéressants. Trop, c’est trop !

THE THEATRE BIZARRE
(hors compétition)
Grand Guignol

Un dur exercice que le film à sketches. Sept cinéastes pour autant de cauchemars, certes inégaux mais cohérents dans leur approche particulièrement graphique de l’horreur : sexe, gore et visions monstrueuses sont au programme. On retiendra les premiers et derniers films, conte Lovecraftien atmosphérique et récit cannibale dégueulasse. Bonnard !

François Rey Envoyer un message au rédacteur