Banniere_Face_a_Face_2022

NEWS

Festival

Festival de Cannes 2022 : "Plan 75", troublante dystopie japonaise

24 mai 2022
Festival de Cannes 2022 impression 09 Plan 75
© DR, fourni par le Festival de Cannes

Un certain regard
PLAN 75
de Chie Hayakawa
avec Chieko Baisho, Hayato Isomura, Kawai Yuumi, Taka Takao, Charlie Dizon...

Notre première impression sur le film :

C’est un premier film japonais qui a créé hier la surprise dans la section Un certain regard. "Plan 75" intriguait à l’avance par son pitch concernant un plan mis en place par le gouvernement japonais visant les plus de 75 ans, désormais inutiles pour la société, leur proposant une somme argent ainsi qu’une aide technique et financière pour mettre fin volontairement à leur vie. Sous forme de chronique du quotidien d’une femme âgée, entre petites habitudes (une soupe chaude ingurgitée méticuleusement, des ongles de pieds qu’on dépose dans un pot de fleurs tel de l’engrais...), obligation de travailler malgré la fatigue, et prise de renseignements sur le programme proposé, l’idée de disparaître et surtout de profiter des derniers instants que permettent que les 100 000 yens donnés par le gouvernement, fait progressivement son chemin chez ce personnage.

Mais au-delà de ce portrait humain, mettant en parallèle les interrogations de cette femme, le parcours d’une aide-soignante immigrée et la relation d’un jeune homme travaillant pour le programme en question avec son oncle mourant, le film, en arrière-plan, permet de décrire toute la perversité d’un système dans lequel rien n’est pourtant usuellement gratuit, qui tout à coup se donne les moyens d’éliminer ceux auxquels il demande toujours de contribuer plus. Imaginant avec force détails de monde dystopique pas si lointain, Chie Hayakawa, dont c’est le premier long métrage, adapte ici son court métrage présenté dans le recueil "Anticipation Japon" et réussit un véritable coup de force, à la fois bouleversant et politiquement percutant.

Voir la bande-annonce du film "Plan 75" :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :