Parce qu'on en a jamais assez !

NEWS

Festival

Festival de Cannes 2022 : "Boy from Heaven", brillante évocation des luttes de pouvoir en Égypte

23 mai 2022
Festival de Cannes 2022 impression 07 Boy from heaven
© Atmo Rights AB, fourni par le Festival de Cannes

Compétition
BOY FROM HEAVEN
(Walad Min Al Janna)
de Tarik Saleh
avec Tawfeek Barhom, Fares Fares, Mohammad Bakri, Makram Khoury, Mehdi Dehbi...

Notre première impression sur le film :

Nouveau film du Réalisateur de "Le Caire confidentiel", "Boy from Heaven" est un thriller mêlant religion et politique, et dénonçant en passant le rôle douteux de la sécurité nationale en Égypte. Au cœur, il y a un jeune homme issu d’un village reculé, qui reçoit un jour une lettre d’admission à l’université d’Al-Azhar, au Caire, dont le grand Imam est le guide du courant religieux sunnite, soit la grande majorité des musulmans. Une sorte de contre-pouvoir que le gouvernement égyptien souhaiterait arriver à mettre sous son influence, en permettant à quelqu’un acquis à sa cause de prendre la place du Grand Imam, soudain décédé. Adma, le personnage principal, va ainsi être mêlé à ces jeux de pouvoir, devenant le pion d’un militaire influent, alors que l'indicateur de celui-ci s’est fait assassiner.

Du début à la fin, on tremble pour ce personnages dont l’intelligence hors norme lui permet de survivre malgré tous les pièges tendus et les diverses manipulations. Passant au travers du filet, il est un peu l’homme lambda, naïf et serviable, qui fera forcément les frais des manigances de tous les puissants. Un film à la photographie superbe et aux décors impressionnants, qui n’en demeure pas moins un brûlot politique particulièrement efficace, dénonçant l’hypocrisie généralisée, aussi bien du côté des politiques, des services secrets que des religieux eux-mêmes, incapables de s’appliquer les préceptes qu’ils prêchent.

Voir un extrait du film "Boy from Heaven" :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :