Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

NEWS

Festival

Festival de Cannes 2021 : "Tre Piani", film choral pesant signé Nanni Moretti

14 juillet 2021
Festival de Cannes 2021 impression 16 Tre Piani
© Le Pacte

Compétition
TRE PIANI
(La Nostra strada)
de Nanni Moretti
avec Margherita Buy, Riccardo Scamarcio, Alba Rohrwacher, Adriano Giannini, Alessandro Sperduti, Denise Tantucci, Anna Bonaiuto, Nanni Moretti...

Notre premier avis sur le film :

Comme le titre le laissait présager le nouveau film de Nanni Moretti adapté du roman de l'écrivain israélien Eshkol Nevo, fait ce croiser les habitants d’un immeuble résidant sur trois étages différents. Il y a un juge et sa femme dont le fils vient d’avoir un accident provoquant la mort d’une femme sur un passage piétons. Il y a un couple de quarantenaires dont la fille est confiée régulièrement un couple de personnes âgées. Il y a le mari de ce couple, visiblement atteint d’Alzheimer, qui se perdra en ville avec la petite, provoquant l’inquiétude du père soupçonnant des actes inavouables. Il y a aussi une jeune femme qui vient d’avoir un bébé.

Bien entendu les interactions entre tous ces personnages permettent de traiter de thématiques importantes et contemporaines comme les abus sexuels, la recherche de coupables à tout prix, le poids des attentes des parents envers leurs enfants... Si la présence de deux ellipses de cinq année entières permet de développer leurs relations, la durée de film ne nullement d’en saisir toute la complexité. Le métrage apparaît ainsi comme une succession de scènes toutes choisies pour leur utilité, ne laissant nulle place à des digressions qui permettraient de comprendre chacun de leurs agissements ou de saisir leur réelle évolution.

Tous paraissent alors totalement monolithiques, y compris le personnage de Nanni Moretti lui-même, réduit à une essence haineuse difficilement compréhensible faute de contexte préalable. Sans imagination côté mise en scène, l'auteur palmé de "La Chambre du fils" déroule ses scènes avec un classicisme pesant, laissant ainsi l’émotion de côté, semblant emprunter de multiples raccourcis nuisant à la crédibilité de l’ensemble. Des choix qui rendent "Tre Piani" à la fois moralisateur et indigeste, choses que l’on attendait certainement pars de la part de cette auteur brillant.

Voir la bande-annonce du film "Tre Piani":

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :