Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

NEWS

Festival

Festival de Cannes 2021 : la merveilleuse surprise "Julie (en 12 Chapitres)"

10 juillet 2021
Festival de Cannes 2021 impression 05 Julie (en 12 chapitres)
© Oslo Pictures

Compétition
JULIE (EN 12 CHAPITRES)
(The Worst Person In The World)
de Joachim Trier
avec Maria Grazia Di Meo, Renate Reinsve, Anders Danielsen Lie, Herbert Nordrum, Hans Olav Brenner, Silje Storstein…

Notre première impression sur le film :

Premier véritable surprise du festival de Cannes 2021, le film du norvégien de Joachim Trier est venu bousculer les festivaliers présents hier soir à la projection. Petits moments de vie capturés et montés avec une rare intelligence, "Julie (en 12 chapitres)" retrace les hésitations d’une jeune femme en plein de venir. Le prologue est en soi une vraie réussite, introduisant les changements d’avis permanents de Julie, d’abord étudiante en médecine, puis s'orientant en psycho et finissant par vouloir être photographe. Inventif, autant dans le montage que dans la mise en scène, ce portrait des plus touchants décrit avec minutie la nature et les aléas des relations de couple, le besoin d’échappatoires, la tentation de l’adultère, la séparation, sans jamais porter aucun jugement sur chacune de ces situations, même les plus difficiles.

En tête d’affiche, c’est la sublime Renate Reinsve, que le metteur en scène u troublant "Thelma", avait déjà faire tourner dans "Oslo 31 août", qui apporte toute sa grâce, la finesse de son jeu, et ses fougueux élans de liberté, à ce personnage atypique et tellement contemporain. Véritable plaisir de cinéma, Cette variation sur le thème de la rencontre et du renouvellement, se dévore comme une douzaine de petites bouchées savoureuses, provoquant une connivence avec les personnages et parfois des émotions débordante. On peut sans doute déjà dire que le film figurera au palmarès, que ce soit pour son actrice, son scénario, la mise en scène, voire un prix plus élevé.

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :